AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

De la Musique pendant que tu Ecris ?
//
Partagez|

La cordillière des Andes, montagnes de mystère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Dim 20 Juin - 9:14




Eliya reprit son souffle.
Elle était partie le matin même de la Maison où elle passait de plus en plus de temps, incapable de choisir une maison qui lui convienne dans le monde réel.
Elle avait emprunté une porte qu'elle connaisait depuis longtemps mais ne l'avait utilisé qu'une seule fois. Elle jugeait que l'endroit où la porte l'emmenait n'était pas digne d'attention. A l'exeption du Machu Picchu, il n'y a rien de passionant dans les Andes. Et la porte l'emmenait a bien des kilomètres du Macchu Picchu. Pourtant, ce matin là, Eliya avait franchi la porte. Elle avait besoin de penser à autre chose que la Maison, les Batisseurs, la Famille, ... trop de majuscules. Elle voulait penser à elle, à sa vie, à futur, ...

La porte reliait la Maison a un petit village miteux a pied de la Cordilère des Andes. Ancien village touristiques, la violence, le vol, la délinquance avait reduit ce village en un repaire de mendiant, et autres malfrat.
Jetant une piecette à un viel acordéoniste supris de voir une fille sortir d'un mur par une porte qu'il n'existait pas quelques secondes plus tôt, Eliya se tourna vers sa destination finale. Les montagnes. Etrange lieu ou rien n'est construit mais tout tient debout. Eliya s'etait fixé comme but le sommet, et si elle s'en sentait le courage plus loin encore.

Eliya reprit son souffle. Elle s'etait surestimé. Comme quand elle avait cru pouvoir frapper Stella, la Métamorphe qu'elle avait recontrée au Japon. Comme quand elle avait cru pouvoir reunifier sa Famille.
Elle visait le sommet et alors qu'elle n'avait pas effectuer la moitié du chemin, elle s'effondrait. L'air était plus rare en hauteur, Eliya n'avait pas une carrure d'atlète, les pentes étaient raides, il n'y avait pas de chemin tracé. Incapable de faire un pas de plus, la jeune Batisseuse s'effondra. Elle resta ainsi allongé plusieurs minutes. Quand son coeur reprit un rytme correcte et son souffle s'appaisat, elle se rassit. La vue que lui offrait sa hauteur était agréable. Eliya n'avait jamais été très touché par la beauté des sites naturels, préférant les édifices humains mais, malgrès le coté quelque peu desertique, elle appreciait la solitude du lieu.



Décidé à parvenir au moins au trois-quart de la montagne, Eliya sortit de son sac une pomme et plusieurs barres energetiques. Elle ne regrettait pas d'etre venue ici, mais elle déplorait que le sommet soi hors d'atteinte. La vue devait etre si agréable!! On devait se sentir si libre, si maître de son destin ! Voila e dont elle revait; pouvoir choisir, ne pas être influencer par ses liens avec la Famille, ne pas être vaincue par plus fort qu'elle, ne suivre que ses desir, ses envies, oublier son passé, renouer des liens avec les autres, ...
Elle croqua dans une barre chocolatée, et savourant le chocolat qui craquait sous ses dents, elle se surprit à rever de s'installer ici, dans une jolie maison blanche avec un troupeau de lamas. Et une famille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Dim 20 Juin - 10:11

Elle avait besoin de récapituler un minimum ! Ce soir-là, Damen l’avait appelé. Ils s’étaient rejoint, avaient discuté et il lui avait expliqué qu’il venait de trouver une nouvelle porte qu’il était capable d’ouvrir. La Maison.
C’était une longue histoire, trop longue pour en parler maintenant, en résumé, il la déverrouilla pour elle et alors qu’ils s’apprêtaient à la franchir ensemble, il avait été retenu par un appel de sa petite-amie.

Et il l’avait laissé seul ! Le lâcheur.

Bref. Elle était seule, elle ne savait pas où et en sortant de la porte qu’il lui avait indiqué, elle avait surpris un vieil accordéoniste qui quémandait de l’argent au bord d’un trottoir. Il était assis sur un tabouret en toile, jouait la mélodie d'une valse parisienne, et son étui ne contenait que quelques centimes ; il la montra soudainement du doigt : ce devait être assez surprenant d’apercevoir quelqu’un sortir d’à peu près nulle part ; elle le concevait très bien.

« Veuillez m’excuser.
- Mais … mais …mais … vous êtes la deuxième ! »


Il s’était exprimée en espagnol avec un fort accent digne des anciens du pays, elle sourit et répéta sa phrase dans sa langue. Elle s’agenouilla à ses côtés, elle n’était pas la seule personne des Familles à être ici. C’était peut-être dangereux.

Et elle n’avait rien prévu pour se défendre… enfin, elle passa la main dans son manteau et caressa du bout des doigts sa lame pour se rassurer : elle n’avait presque rien prévu pour se défendre. Elle reprit :

« Je n’ai que des dollars australiens sur moi. Je suis une touriste, vous comprenez, et j’ai perdu mon groupe. Nous étions en visite avec mon ami. Par où est-il parti ? »

Elle espérait de tout son cœur qu’elle ne passerait pas pour une idiote ayant laisser sa phrase au masculin, peut-être était-ce une fille qui avait traversé la Maison.
L’aimable âme, toujours choqué, lui montra avec hésitation une direction.

« Merci, mon ami. »

Elle lui prit la main, d’un geste traditionnel, et déposa quelques billets dans celle-ci en lui précisant qu’il pourrait aisément les échanger à des commerçants qui seraient ravis de l’escroquer mais qu’il en tirerait malgré tout une bonne somme. Elle lui recommanda au final la prudence quand à cet endroit, en désignant le mur redevenu nu.
Ensuite, elle le quitta.

Des panneaux lui indiquèrent où elle se trouvait précisément sur le globe, fait tout de même utile à connaître et elle se résolu à suivre le chemin de terre qu’avait sans doute emprunté celui ou celle qu’elle s’était mise –effrontément- en tête de chercher.

Elle nota l’agréable solitude dont elle disposait, elle eut un court rire. Heureuse, elle se permit de courir. Très vite. Trop vite. Inhumainement. Comme une Cogiste en somme, elle adorait plus que tout au monde la sensation du vent qui soulevait ses cheveux, l’odeur de l’herbe et des arbres qui prenait ses narines et son souffle qui s’accélérait pour donner lieu à une musique sans défaillance dont elle était le chef d’orchestre.

Elle se résolu, si elle ne trouvait pas de trace de sa proie, à gravir ce sommet.
Il était tellement majestueux !

Sauf qu’elle ne tarda pas à tomber nez-à-nez avec une jeune fille. Elle avait plus ou moins son âge, elle était en sueur et mangeait des barres de céréales vitaminées. Elle n’était sans doute pas habitué à la randonné et, une chose était sûr, elle n’était pas originaire du pays. Plutôt européenne.
C’était elle, celle qu’elle recherchait.

« Eh bien, fatiguée ?! l’interpella t-elle gentiment. »

Et elle glissa à nouveau sa main dans son manteau. Obstinément rassurée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Dim 20 Juin - 19:24

Au moment même ou Eliya partait dans des rêve d'autre vie dans ce monde magique par sa solitude et sa simplicité qu'une fille arriva devant elle, en courant. En courant ?? En courant !! Comme si elle venait juste de demarrer une course de Dimanche, pour se remettre en forme. Sauf que cette course serait beaucoup plus rapide. Et le comble, ce fut ce qu'elle lui demanda quelques seconde plus tard, sns même avoir la déssence de reprendre son souffle.
« Eh bien, fatiguée ?! »
Fatigué !! Crevé oui !!
D'ailleur cela devait se voir. Et l'inconnue avait eu la gentillesse de ne pas isister. a moins qu'il ne considère que le fait d'etre fatigué apres une telle monté soit pour elle si risible qu'elle l'ait pas songer a en dire plus.
Qui était-elle ? Le premier mot qui lui vient a l'esprit fut "Métamorphe". C'était la seule autre Famille qu'elle ait déjà croiser sur le chemin de sa vie. A eux reprise. Cela s'etait tre bien passer avec Nayla, beaucoup moins avec Stella. Sauf que celle qui se tenait devant elle n'avait pas ce côté dangereux, predateur, mysterieux des Metamorphe.
C'etait donc soit une sportive de haut niveau, soit une cogiste. Ce qui revenait a peu pres au meme; les sportifs de haut niveau était souvent des Cogistes qui se maîtrisaient.

Se rendant compte de ce que représentait le fait que cette fille soit une Cogiste, Eliya se sentit découragée. Pourrait-elle un jour cesser d'être une proie? Pourquoi tombait-elle toujours sur des Familles plus forte qu'elle.
Etre diplomate, c'est ma seule chance. Au moins, Stella lui avait appris quelque chose.

Oui, mais ça n'as pas l'air d'être ton cas ! Jusqu'où monte tu? Tu est seule ? Tu cherche quelque chose ?
Eliya se rendit compte de sa bêtise au moment ou elle prononçait ces mots. Et si c'était elle que la fille cherchait. Elle se forçat a respirer calmement et lentement. Si la Cogiste voulait sa mort, elle l'aurait déjà tué, depuis longtemps. Elle ne savait peut etre pas que qu'Eliya était Batisseuse. Et qu'elle haissait les Cogistes. Peut-etre, qu'au yeux de l'autre fille était-elle simplement une voyageuse perdue, ou faitgué. Et Eliya croisat les doigts
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Dim 20 Juin - 23:58

Je courrrais.
Enfin, pas vraiment. Courrir n'était pas le mot juste.
Je vivais.
Je n'était plus que sensations, qu'une étincelle de vie au milieu d'un monde plus vaste, qu'une flêche de vitesse pure défiant les lois de la physique en courant a toute vitesse la ou l'air aurait dû être rare et la ou la pente aurait du me ralentir.
Je n'était que sensations. Sensation du paysage qui déffile, qui malgré la vitesse resté saisisant de beauté. Sensation du vent sifflant a mes oreilles. Sensation dans le même vent qui frappait mon visage. Sensation dans l'odeur de nature qui arrivait a mes oreilles.
L'endroit se nommait Choquequiraw. Enfin, c'était plutôt le nom de la ruine auquel menait le chemin que j'avait emprunté. Découverte il y a moins de deux décennies, cette ruine inca était dite jumelle du Matchu Pichu ; si officiellement elle faisait parti de l'état du Pérou, elle n'appartenait qu'a une chose... La montagne. En saison touristique, nombreux était les marcheurs suffisament courageux pour tenté l'ascension : mais en ce moment, le froid venant s'ajouté à l'altitude, ils étaient bien moins nombreux. Surtout que depuis quelque temps, l'endroit avait aquis une réputation digne des pires quartiers de New York. Bon, d'accord, j'exagère un peu. Mais bon, sa me permet de me mettre en avant, alors on dit rien et on fait semblant d'y croire. Merci.
Bref, reprenons.
J'avait donc entrepris de refaire un parcour que j'avait, encore une fois, fait en aveugle. Et je devait avoué que j'avait raté quelque chose. La vue était simplement magnifique, l'endroit valait vraiment le détour. Qui plus est, je pensais pouvoir profité d'un moment de solitude.
Pensais car, je le compris bien vite, je n'était pas seul. Un homme m'apprit (en tentant au passage de me volé mon portefeuille, que je lui laissé d'ailleurs au vu de l'état dans lequel il était) que deux femmes étaient passé avant moi, et qu'une était même parti en courant.
Je voyais mal quelqu'un d'autre qu'une cogiste faire sa.
Je m'était donc mis moi même a courrir, pour finalement réussir a l'apercevoir, bien au devant. J'aperçu une autre silouette. Reprit ma route.
Je compris qu'elles s'étaient arrété lorsque j'entendis des voix.
-Oui, mais ça n'as pas l'air d'être ton cas ! Jusqu'où monte tu? Tu est seule ? Tu cherche quelque chose ?
Si je n'était pas vraiment habitué a certaines mimiques humaines, j'avait l'habitude des voix. Quand on a passé quassiment toute sa vie sans voir, c'est normal. La fille était tendu.
Et l'autre était une cogiste.
Cela, je le compris au moment même ou je la vu. C'était une évidence, tout son corps le crié. La cogiste était de dos, et la jeune fille apeuré de face. Me déplacent sans bruit, je possais doucement un doigt sur mes lêvres tout en regardant cette dernière. Un geste qui dans toute les langues signifait chut. Je me plaçais légérement en retrait, près a bondir. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais mon instinct me hurlé de resté sur mes gardes. Et je ne savais encore moins pourquoi je prenais le parti non pas de la cogiste mais de l'autre fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 5:20

« Oui, mais ça n'as pas l'air d'être ton cas ! Jusqu'où monte tu? Tu est seule ? Tu cherche quelque chose ? »

Chercher quelque chose. Pas vraiment, elle la cherchait elle, évidemment mais plus maintenant. C’était une enfant, elle n’avait rien à voir avec toutes ses histoires débiles. De plus, elle n’était pas Cogiste et elle n’avait donc aucune raison de lui en vouloir.
Cependant, avant de lui répondre, elle nota un élément perturbateur.

Quelqu’un courrait, non loin, et ne se fatiguait pas. Il avait cette aura qu’elle sentait à plein nez d’ici et il ne semblait pas s’essoufler jusqu’au moment où il se stoppa.

Net. Immobile. Souffle plat.

A la manière de quelqu’un qui ne veut absolument pas se faire entendre.
Cette fois, elle sortie sa lame.

« Je suis désolé de devoir interrompre ces banalités d’usages, mademoiselle. Je te cherchais, toi, mais apparemment tu n’es pas celle que je désirais, en outre je comptais aussi monter très haut. Je suis seule et –tu l’auras sans doute deviné- je suis Cogiste. Mon nom est Dementia. Et je ne te veux aucun mal, rassures-toi. »

Elle avait parlé avec un ton très doux, celui qu’elle adoptait en général.
Mais elle se doutait que son arme n’impliquait pas le pacifisme, même dirigée vers le sol. Elle se détourna face au nouvel arrivant. Un homme. Un jeune homme.

Il était grand, bien plus qu’elle en tout cas; et en combat, à main nu, il l’aurait immobilisé avec la facilité avec laquelle un arachnide mangeait une mouche. A la peau métissé, il était brun mais c’était ses yeux qui attirèrent mon regard ; intensément, ce qui était risible sachant que ses propres pupilles avaient aussi une particularité dérangeante qui fixait les gens dessus. Les siennes étaient bleu; pas comme le ciel ou la nuit, non, bleu comme l’eau transparente dans un verre. Bleu limpide et clair. Un magnifique bleu qui était rare et surprenant.

Elle détourna le regard, légèrement habituée à ces séances d’observation extrêmement dérangeante pour le fixé, et un peu gênée aussi. Elle empoigna plus fermement ma lame.

« Tu es un Cogiste. Pour qui travailles-tu ? »

Elle avait parlé d’un ton neutre, presque indifférent, alors qu’elle ne l’était pas du tout. Elle avait peur, vraiment, même face à quelqu’un qui devait avoir plus ou moins son âge, elle détestait ce sentiment d’infériorité qui lui murmurait avec fourberie qu’elle n’était qu’une fourmi dans un monde de géant, qu’elle ne pouvait rien face à sa propre Famille.

Qu’avoir choisi d’être en marge contre eux était une mauvaise idée.
Une très mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 5:42

- Je suis désolé de devoir interrompre ces banalités d’usages, mademoiselle. Je te cherchais, toi, mais apparemment tu n’es pas celle que je désirais, en outre je comptais aussi monter très haut. Je suis seule et –tu l’auras sans doute deviné- je suis Cogiste. Mon nom est Dementia. Et je ne te veux aucun mal, rassures-toi.
Elle m'avait repéré. C'était évident mais, en même temps, l'idée d'un jeu de piste et l'envie d'avoir réussi a surprendre l'un de mien était trop forte que j'y avait cru pendant quelques secondes.
Plus important que cela, c'était ce qu'elle avait dit qui comptait. Si elle n'avait menti, alors elle serait une précieuse allié. Si elle avait menti, alors elle devait mourrir.
Elle ce retourna. Lame en main. Le visage glacé. Pourtant, je n'avait pas peur de son arme. J'avait la mienne. J'avait mon corps.
-Tu es un Cogiste. Pour qui travailles-tu ?
Comment deux phrase pouvait t'elle exprimé une telle haine ? Comment deux phrases pouvaient être si froide et si violente ?
Car le monde est ainsi fut la première réponse qui me vint a l'esprit. Car le monde n'est que violence, sang et mort, et que notre génération n'est que le reflet de la morne décrépitude de notre civilisation. Car nous ne somme que des esclaves et que nous en avons une parfaite conscience. Car nous somme le syndrome d'un monde blessé.
Pourtant, je voulais y croire.
Pourtant, je devais y croire.
Car ce monde, je le refusais. Car je voulais être le grain de sable dans l'engrenage, car je croyais au pouvoir des mots et des hommes. Car j'aimais vivre d'illusion et que j'avait parfaitement conscience qu'elles étaient futil tout autant que nessesaire.
Car j'était Cogiste et, part la, je pouvais changé les choses.
Ma respiration, jusqu'alors lente et mesuré, s'appaysa. Devint inodible lorsque je me mit doucement en garde, près a bondir tel un lion sur la femme qui me faissait face. Près plutôt à me défendre.
-Je ne sert personne.
Quatre mots. Quatre poignards lancé sur la jeune femme, prononçé sur un ton ou l'abscence de sentiment rendait mortel. Quatre mots qui conduisait une insulte : toi, qui sert quelqu'un, tu n'es rien.
-Ou plutôt si, je sert quelqu'un. Je sert ceux que les notres traquent. Si ce que tu a dit est vrai, alors je tu n'a rien a craindre de moi. Si tu a menti, tu est morte.
Plus qu'une menace, c'était une porte.
Une porte grande ouverte vers la paix, une alliance et l'amitié.
Ou une porte grande ouverte vers la mort si elle eut fait le mauvais choix.
//Réponse a la va vite avant de partir à la fête de la ziq//
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 8:38

Eliya ne bougeait plus.
Elle se sentait comme une biche coincé entre deux loups.


D'abord, il y avait eu l'autre sortif qui était arrivé. Un doigt sur les lèvres, il lui demandait de ne pas signaler sa présence. Consciente du risque qu'elle prenait en s'interposant entre les deux "surhumains" elle ne dit rien et reporta son attention sur la fille.

« Je suis désolé de devoir interrompre ces banalités d’usages, mademoiselle. Je te cherchais, toi, mais apparemment tu n’es pas celle que je désirais, en outre je comptais aussi monter très haut. Je suis seule et –tu l’auras sans doute deviné- je suis Cogiste. Mon nom est Dementia. Et je ne te veux aucun mal, rassures-toi. »

A ces mots, elle comprit que l'autre Cogiste voulait la protéger en cas d'attaque de la fille. Ou du moins, c'est ce qu'elle crut comprendre.
Et Dementia, elle, qui était-elle réèllement ? Elle prétendait ne pas me vouloir de mal. Tant mieux, tant qu'elle s'en tenait a ses paroles. Mais quelque chose l'intriguait dans les paroles de la fille ... A oui, "tu l'auras sans doute deviné- je suis Cogiste". Cela impliquait qu'Eliya connaissait les Cogistes, et donc qu'elle faisait partie d'une d'entre-elle. Etait-ce un piege? Eliya ne voulait surtout pas que les deux Cogistes devine sa nature. Les batisseurs et les Cogistes se haissait. Les Cogistes avaient tué ses parents.

Sans meme qu'elle ait eu le temps de comprendre ce qui ce passait, les deux "sportif de haut niveau" (qui était aussi "intellectuels de haut niveau") était face a face. Dementia avait une arme. Mais, par convention, l'homme devait etre plus fort. Ce qui marchait chez les humains marchait aussi chez les Cogistes, non ?
-Tu es un Cogiste. Pour qui travailles-tu ? interrogat Dementia.
-Je ne sert personne.
-Ou plutôt si, je sert quelqu'un. Je sert ceux que les nôtres traquent. Si ce que tu a dit est vrai, alors je tu n'a rien a craindre de moi. Si tu a menti, tu est morte.

Voila, Eliya avait vraiment l'impression d'être une biche, attrapé par un loup mais qu'un autre loup venait disputer. Sauf que les deux semblaient être des végétariens. Avec des cros, des muscles, des griffes, ... bref des prédateurs, mais végétariens. Et assez impressionant par leur... beauté. D'autre aurait utilisés les mot force, puissance, ... mais pour Eliya qui jamais n'avait eut de reconfort depuis ses huit ans, depuis la mort de ses parents, elle voyait en ces deux inconnus des forces rassurrantes contre qui on a envie de se blottir car on sait qu'il nous protégerons de tout. Si on s'en tenait a leur physique. Car Eliya savai parfaitement ce qui se cachait dans le coeur de la pluspart des Cogistes. Et si il existait certainement des Cogiste au coeur doux, il devait se faire aussi rare que les amis d'Eliya, qui pour l'instant n'accordait ce rang qu'a Nayla, la jolie Métamorphe pacifiste.

Eliya se releva lentement (et cela devait parraitre encore plus lent pour les Cogistes) afin de signaler ses intentions non violentes (elle n'était pas folle quand même!) et se risqua quelques mots:
-Escusez moi, mais de quoi parlez-vous ? Qui sont les Cogistes? Qui sont "les vôtres"?
Elle croisait les doigts pour que les deux ne soit pas suffisament inelligent pour déceler le mensonge dans ses paroles. Elle n'était pas un poisson rouge, mais avait tendance a oublier quelques details. Comme l'intelligence sur-developpé des Cogistes, par exemple, ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 10:16

Elle l’avait fixé et lui avait demandé sans détour :

« Tu es un Cogiste. Pour qui travailles-tu ? »

Et, en vérité, il n’avait pas hésité une seule seconde avant de lui rétorquer avec un tel dédain que s’en presque impressionnant sa réponse d’un ton clairement supérieur. Comme si ces mots étaient des lames tranchantes. Comme si il valait mille fois mieux qu’elle.

« Je ne sert personne. Ou plutôt si, je sert quelqu'un. Je sert ceux que les notres traquent. Si ce que tu a dit est vrai, alors tu n'a rien a craindre de moi. Si tu a menti, tu est morte. »

Il la tuerait, prétendait-il. Elle n’y croyait pas vraiment, il n’avait pas cette lueur dans ces yeux indiquant qu’il était prêt à ôter la vie. Il ne l’avait pas. Et elle, de toute manière, elle ne mentait pas. En plus, quoi qu’il en soit, elle courrait très vite, même pour une Cogiste, elle n’aurait aucun mal à lui échapper grâce à ces années d’entrainements acharnées.

Eliya semblait abasourdie, elle ne le dissimula pas et demanda d’ailleurs sans honte de quoi ils parlaient et qui étaient les Cogiste. Dementia eut un bref rire, sincère, et elle aquiesça pour bien lui montrer qu’elle allait lui expliquer mais elle se retourna tout de même vers le garçon.

« J’apprécie énormément parler à des personnes dont je connais l’identité. Mais tant pis... Non, non et non. Je n’ai pas menti mais je ne te fais pas confiance non plus. Tu vois, nous sommes quitte comme ça. Mais admettons que tu sois seul et n’ais pas de supérieur. Je t’avouerais que moi non plus. Je n’ai jamais été très douée pour suivre les ordres. »

Elle ne pu réprimer son sourire.

« Tu es passé à l’ennemi ? C’est joyeux! Disons que nous sommes tous les deux des hors-la-loi alors, je n’ai pas apprécié l’attitude de mon frère envers mon meilleur ami lorsqu’il m’a apprit mes … capacités. »

Elle ne souriait plus désormais puisqu’il était mort et que son frère était encore en vie. Elle n’avait pas eut d’échange équivalent, elle ne pouvait décemment pas accepter cette tragédie. Elle devait se venger, c’était tellement normal. Mais ces détails là concernaient sa vie privé, ils n’avaient pas à l’apprendre.

« Je ne vois pas trop quoi ajouter pour te convaincre. Crois-moi, alors je te croirais. On donne et on reçoit, c’est le principe élémentaire de l’échange équivalent. Pour toi, mademoiselle, je te dirais que les Cogiste sont des êtres immoraux qui tuent bien plus qu’ils ne réfléchissent quoi qu’en disent les légendes. Et je te conseille vivement de ne jamais leur faire confiance. Tu ne sais rien du tout des Familles ou juste les bases ? »

Elle s’arrêta. En réalité, elle n’aimait pas parler pendant des heures mais –aujourd’hui- les grands discours s’imposaient. C’était venu naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 19:32

« J’apprécie énormément parler à des personnes dont je connais l’identité. Mais tant pis... Non, non et non. Je n’ai pas menti mais je ne te fais pas confiance non plus. Tu vois, nous sommes quitte comme ça. Mais admettons que tu sois seul et n’ais pas de supérieur. Je t’avouerais que moi non plus. Je n’ai jamais été très douée pour suivre les ordres. »

« Tu es passé à l’ennemi ? C’est joyeux! Disons que nous sommes tous les deux des hors-la-loi alors, je n’ai pas apprécié l’attitude de mon frère envers mon meilleur ami lorsqu’il m’a apprit mes … capacités. »

« Je ne vois pas trop quoi ajouter pour te convaincre. Crois-moi, alors je te croirais. On donne et on reçoit, c’est le principe élémentaire de l’échange équivalent. Pour toi, mademoiselle, je te dirais que les Cogiste sont des êtres immoraux qui tuent bien plus qu’ils ne réfléchissent quoi qu’en disent les légendes. Et je te conseille vivement de ne jamais leur faire confiance. Tu ne sais rien du tout des Familles ou juste les bases ? »

Eliya était on ne peut plus perdue. Les premiers Cogistes qu'elle rencontrait haïssait leur Famille, protegeait les victimes, ... Et elle qui avait craint pour sa peau !! Et ne pouvait rever meilleur retournement. Mais que leur dire? Si c'etait un piege. Non, ni chez Dementia ni chez l'autre Cogiste, il n'y avait de mensonge. Mais pouvait-elle se risquer à annoncer sa Famille? Ils restaient Cogistes non ?

Mais le souvenir de Nayla, la fille-puma, ainsi que la promsse qu'Eliya lui avait fait persisait dans son esprit. "Jamais je ne jugerais quelequ'un sur sa Famille".

-Je me nomme Eliya. En réalité, je connait les Cogistes. Ce sont eux qui ont tués mes parents. Au souvenir du sourire de sa mère, des yeux de son père, à la solitude qu'elle avait ressenti à leur mort, Eliya sentit les larmes lui monter aux yeux. La vie est tellement injuste...
Mais elle n'était pas la seule a s'en etre rendue compte. Dementia aussi avait souffert. Sa personnalté était étrange. Trop de tristesse et d'amour a la fois. De haine, de compation, .... Mais l'homme qui se tenait en face d'elle était encore plus different du commun des hommes. Comme si toute une partie de sa personnalté ait été batî dans l'obscurité, mais d'un main sure. On trouvait de la découverte battie sur un base de connaissances. Eliya le soupsonnait de connaître a Famille à laquelle elle apparetenait.
Eliya prit une inspiration lente et mesuré puis déclara:
J'appartient moi-même à une des sept Familles. Elle s'arreta la, inquiète de leur réaction, puis repris; Je suis Batisseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Lun 21 Juin - 22:24

-J’apprécie énormément parler à des personnes dont je connais l’identité. Mais tant pis... Non, non et non. Je n’ai pas menti mais je ne te fais pas confiance non plus. Tu vois, nous sommes quitte comme ça. Mais admettons que tu sois seul et n’ais pas de supérieur. Je t’avouerais que moi non plus. Je n’ai jamais été très douée pour suivre les ordres.
Surprise. Surprise dans ses mots et dans sa manière de s'exprimé, a l'exact oppossé de ce a quoi je m'attendais. Surprise aussi face a son changement d'attitude, surprise encore face au sourrire qu'elle m'avait lancé.
-Si cela puis t'aidé, je suis Chad Xavier Clément O'Connor, et mes parents font parti des dirigants de la famille.

Famille. Je ne disais pas ce mot, je le crachais, comme l'horreur qu'il était a mes yeux. Comme si le simple fait de le haïr pouvait me préservé de son immondice. Comme si cela pouvait renforcé le contraste entre la haine que j'éprouvait pour les cogistes en général et l'amour que j'avait pour mes parents.
-Tu es passé à l’ennemi ? C’est joyeux! Disons que nous sommes tous les deux des hors-la-loi alors, je n’ai pas apprécié l’attitude de mon frère envers mon meilleur ami lorsqu’il m’a apprit mes … capacités.
Son frère ? Son meilleur ami ? Je doit avoué que la, elle m'avait perdu. Mais cela n'avait pas d'importance. Un mot avait retenu mon attention. Ennemi.
-Il n'y a pas d'ennemi. Il n'y a que lesFamilles et leurs victimes.
J'avait parlé doucement, et je me rendis comtpe au moment ou je prononçait ses mots a quel point ma voix était emprunte de tristesse.
-Je ne vois pas trop quoi ajouter pour te convaincre. Crois-moi, alors je te croirais. On donne et on reçoit, c’est le principe élémentaire de l’échange équivalent. Pour toi, mademoiselle, je te dirais que les Cogiste sont des êtres immoraux qui tuent bien plus qu’ils ne réfléchissent quoi qu’en disent les légendes. Et je te conseille vivement de ne jamais leur faire confiance. Tu ne sais rien du tout des Familles ou juste les bases ?
Je ne dit rien. Souris juste.
Un sourrire peu avoir bien plus de valeur que bien des mots. Un sourrire comme un silence peu dire l'amour, la peur ou toute ses choses que l'on n'ossent s'avoué. Ici, il voulait dire l'approbation, mais plus encore. C'était une invitation, une invitation a pénétré dans une porte qui avait déjà été ouverte mais a peine exploré.
-Je me nomme Eliya. En réalité, je connait les Cogistes. Ce sont eux qui ont tués mes parents.Mon sourrire s'effaça. C'était une histoire banal, que l'on trouvait dans nombre d'endroit. Une histoire qui ne m'inspirait ni dégoût ni haïne : simplement une tristesse sans borne mélé a une amertume franche. Devant ses mots, mon corps et mon âme était mis a nue, comme si le fait de me rendre comtpe des meurtres dont été responsable les miens suffisait a me détruire mais aussi a me découvrir.
-J'appartient moi-même à une des sept Familles.
C'était évident. Les Cogistes sont certe des brûtes sanguinaire, a l'instar d'ailleur de beaucoup d'autres membres des Familles, mais ils ne sont pas sôt.
-Je suis Batisseuse.
Sourrire encore. D'acceptation.
Un sourrire tinté de l'amertune de ceux qui savent que leur lutte est veine et a quel point les leurs on détruit.
Un sourrire au goût de promesse.
Tes parents seront vengé, songais-je a cette instant. Sans me rendre compte que ce n'était qu'une évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Mar 22 Juin - 5:06

Dementia connaissait à présent ces interlocuteurs, Chad et Eliyia, cette dernière semblait à peine découvrir ce monde d’horreur et de chaos tandis que son pseudo-sauveur paraissait déjà blasé et vacciné. Comme elle, en somme.

Bâtisseur. C’était l’une des plus nobles Familles. Mais, risiblement, l’une des plus vite exterminée alors qu’ils avaient un énorme potentiel. Un potentiel d’utopiste, un potentiel d’hippie. Un potentiel qui leur valu la mort. Foutues visionnaires.

Elle ne voulait pas ce mêler, s’impliquer, réellement dans ces histoires familiales qui ne les concernaient tous que de très loin maintenant. Elle souhaitait juste que toutes ces idioties s’arrêtent ce qui, implicitement, l’obligeait à s’occuper des affaires des autres. Contraste déroutant.
Lui, il était Cogiste mais ça, elle le savait, et malgré les formidables dons que ce statut donnait, elle aurait donné chère pour ne pas avoir quelque chose à faire avec eux.

Elle avait trouvé un but intéressant, sans le fixer réellement dans sa tête, elle ne savait pas si elle allait chercher à continuer ou si elle voulait vraiment être au cœur de ces histoires. Elle ne voulait même pas une réponse, elle avait juste été contente de pouvoir renseigner Nayla, de connaitre Séléné. De dialoguer avec des gens neutres comme elle mais ce n’était pas toujours le cas et –de toute manière- elle avait une vengeance à accomplir qui comptait bien plus que tout le reste.

Elle reporta son attention sur ses vis-à-vis, Chad en particulier :

« Beaucoup de gens sont mort injustement. C’est honorable que tu veuilles racheter les erreurs de tes aînés. »

Prenant soudainement un coup de zèle, elle prit place sur la pelouse. S'asseyant confortablement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Mar 22 Juin - 7:16

Eliya ne doutait plus. Ils ne mentaient pas.
Elle ne pouvait qu'imaginer leur tristesse. Appartenir a une Famille comme celle des Cogiste quand on pensent d'une façon totalement differente, quel enfer! Ils devaient être rejetés, meprisés, ...

Mais en parallèle, ils étaient extrêmement chanceux.
Ils avaient toutes les cartes en main pour rétablir "l'equilibre entre les Familles" dont parlaient les guides. Issus d'une Famille puissante, Dementia et Chad étaient aussi aimé et respecté par les autres qui étaient reconnaissant de leur choix. Et en plus ils étaient deux.
Des superhéros en quelque sorte. Puissants, sacrifiés pour les plus faibles. Mais la realité etait surement bien plus compliquée et difficile pour eux.
Et ils ne s'associaient surement pas à SuperMan ou Zorro.

Avant qu'Eliya ne s'en rende compte, Dementia était assise par terre.
La jeune Batisseuse reprit sa place près de son sac et sorti sa pomme ainsi que quelques barres energétiques.
Son regard glissa de Dementia à Chad, intrigué. Heureuse. Nayla n'avait pas tort. Les Guides n'avaient pas tort. Un avenir commun entre les Famille était possible. Grâce a des personne comme ces deux Cogistes. Mais, elle simple et modeste Batisseuse, que pouvait-elle faire pour les aider?
Un sourire se dessina sur se lèvres. Commençons par le plus simple.
Designant la pomme et les barres chocolatées, elle leur proposa:
En voulez-vous? Je me doute bien que vous n'en avez pas besoin, mais je crois que votre pouvoir vous empeche d'apprecier le goût des fruits et du chocolat...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Ven 25 Juin - 3:19

(j'ai fait une gaffe? Pourquoi vous ne répondez pas ?)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Ven 25 Juin - 10:47

Par terre. Du sol, on voyait tous les petits défauts de la Terre. Chaque brin d’herbe prenait une immense dimension, chaque écho répercuté sur le sol frémissait jusqu’à faire trembler les particules de boueuses, chaque personne ressemblait à un géant de chair et d’os imposant et meurtrier.
On voyait tout vu d’en bas, on voyait l’immensité à sa véritable échelle.

Le visage d’Eliya était passé par une multitude de sentiment, allant de la passivité totale à l’intense réflexion.
La jeune fille, toujours perdu, se plaça près d’elle pas très loin de son sac duquel elle sortit de nouveaux vivres, une pomme et des barres chocolatés, ces détails décrochèrent un cours rire à Dementia.

Eliya semblait comme préparée à cette randonnée, depuis longtemps, alors qu’elle avait été incapable de monter plus haut qu’ici. Ce qui –soit dit en passant- était tout à fait concevable, c’était une ascension qui paraissait dur et embusqué, aux pentes raides et difficiles, et elle comprenait sans problème que l’adolescente n’ai pas pu la gravir avec la même facilité qu’un Cogiste.

« En voulez-vous? Je me doute bien que vous n'en avez pas besoin, mais je crois que votre pouvoir vous empeche d'apprecier le goût des fruits et du chocolat... »

Eh bien, loin de là, Dementia raffolait de toutes ses gourmandises mais elle prit un air polit et refusa poliment. En revanche, elle rêvait d’en apprendre plus sur l’histoire de Chad.
Pour ce qui était d’Eliya, malheureusement, elle se déliait simplement. Embuché, tonitruante, sinueuse, elle avait vécu dans une voix semée d’obstacles. Survivre en tant qu’Orpheline devait être affreux et encore beaucoup plus qu’elle ne pourrait jamais se l’imaginer.

« Mais c’est très gentil à toi. »

Elle observa ensuite les réactions du troisième présent qui demeurait muet. C’en était inquiétant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Ven 25 Juin - 12:04

Je ne dit rien.
J'avait besoin de réfléchir, de savoir quel destination allé prendre mon avenir dans les jours a venir.
Dans les mois et les années aussi.
Non, je n'avait pas besoin de réfléchir. C'était une évidence.
J'allait lutté. Pour la paix, pour les Familles, pour les Hommes.
- En voulez-vous? Je me doute bien que vous n'en avez pas besoin, mais je crois que votre pouvoir vous empeche d'apprecier le goût des fruits et du chocolat...
Je ne répondis pas, accarparé par la vision qui s'offrait a moi : celle d'un monde en changement, et moi au milieu tentant de le suivre.
-Mais c’est très gentil à toi.
Apparament, elle avait déclinné l'invitation. Je sourit et dit :
-Moi non plus. Mais par contre, j'ai des questions. Dementia, pourquoi n'est tu pas du coté des méchatns ?
//Poste dégeulase je sais. Je vient de voir mon maître d'arme (qui est beaucoup plus que sa) pour la dernière fois avant longtemps et en tout cas dans mon club, et je suis émotionellement embroullié. Excusez moi donc//
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Dim 27 Juin - 20:28

Un sourire se dessina sur les lèvres de Dementia, quand je sortit mon petit kit aventure. Je regrettait de ne pas pouvoir lire dans leur pensées. Bah! Au moins ils avaient été honnétes avec moi.
-Mais c’est très gentil à toi.
-Moi non plus. Mais par contre, j'ai des questions. Dementia, pourquoi n'est tu pas du coté des méchants ?
Des méchants?! Mais il n'y a pas de ... Ah, d' accord, les Cogistes normaux. A force de croiser de membres des autre famille "gentils" Eliya en avait oublier la guère entre les Familles.
Quand son regard s'égara vers le sommet de la montage, elle fut prise par l'envie de reprendre son ascension. En plus, elle risquait de gêner Dementia et Chad en restant ici. A quoi s'ajoutait le fait qu'il y avait des chances pour qu'elle comprenne rien à leur discussion, car gentils ou pas, ils restaient Cogites, et donc très intelligents.
-Et bien , ne m'en voulez pas mais j'ai l'intention d'arriver a bout de cette montagne, et ça ne représente pas rien , alors autant y aller tout de suite.
Mais si l'un de vous, ou les deux, désire me rejoindre en cours de route, se sera avec plaisir, mais je crois utile de prendre un peu d'avance.

Elle se leva mit son sac sur son dos et, après en dernier regard sur Dementia et Chad, elle repris sa marche vers le sommet.
Comme la vie; on fait de rencotres, on se repose, on apprend, mais on continue sa marche vers le sommet, vers notre destin.
Que trouverait-elle la-haut? Dieu seul le sait, ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Mar 29 Juin - 4:31

« Dementia, pourquoi n'est tu pas du coté des méchants ? »

Les mots résonnèrent dans sa tête en écho, les gentils, les méchants, c’était une vision bien trop simple et enfantine du monde. En vérité, il n’y avait ni l’un ni l’autre.
Il n’y avait que des opportunités à saisir ou ne pas saisir toutes guidés par le seul mot d’ordre que les hommes connaissaient depuis des centaines d’années : la puissance.

Seulement, certains réussissaient à ne pas se laisser vivre par ce mot, ce terme, cette illusion dérisoire et elle en faisait partie car elle se fichait d’être puissante, elle ne voulait pas qu’on la remarque, elle ne voulait pas être déposé dans un moule parce qu’elle était au dessus de toutes ces idées. C’était tout.

C’était son utopie à elle, un monde où les gens ne voudraient pas être à tout bout de champ meilleurs que les autres, où ils préféreraient être juste amicaux et humains. S’entraider.

Mais avant qu’elle n’ait eu le temps de répondre ; la jeune Eliya s’était relevée, elle les fixait et elle leur avait annoncé qu’elle comptait bien terminer son ascension.

«Et bien , ne m'en voulez pas mais j'ai l'intention d'arriver a bout de cette montagne, et ça ne représente pas rien , alors autant y aller tout de suite.
Mais si l'un de vous, ou les deux, désire me rejoindre en cours de route, se sera avec plaisir, mais je crois utile de prendre un peu d'avance. »


C’était extrêmement courageux, surtout lorsque l’on savait qu’elle n’en avait pas réellement la capacité physique. Elle ne pouvait que s’incliner devant autant de détermination.

« Eh bien, Chad, nous voilà seuls. Je vais te répondre même si la notion de gentil et de méchant me dépasse. Mon frère fait parti des méchants, tout comme mon père, tout comme ma mère avant qu’elle ne meurt, je suppose tué par un métamorphe puisque ce sont eux que nous avons eu en dernier. Mon frère a tué l’unique personne qui comptait à mes yeux, j’avais eu l’idiotie de tout lui expliquer au sujet des Familles. »

C’était un résumé court, je me doutais bien que mes yeux devaient être moins durs que mon ton, moins indifférents. Les yeux ne mentent pas, la bouche si. Cette histoire m’avait touché et la raconter me faisait encore et toujours du mal.

« Il est mort. J’ai décidé de me venger et quel meilleur moyen de nuire aux Cogiste que d’entrer en guerre contre eux… ? Et toi, quel est ta propre histoire ? »

Elle avait planté ses yeux dans les siens, un pâle sourire triste sur ses lèvres, elle attendait de savoir quel nouveau malheur avait bien pu commettre ces criminels qui prétendaient être de sa Famille, les enflures !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère. Jeu 1 Juil - 7:29

Essoufflée, Eliya s'effondra.
Depuis plusieurs heures qu'elle avais quitté les Cogistes. Depuis plusieurs heures qui s'allongeait comme des années. Sans réfléchir à ce qui s'était passé, elle avais marché, sans m'arrêter. Marcher, marcher, marché. Geste mécanique pour certains, mais pas pour moi. Pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, ... aucun but, aucune édification dans ces gestes. Un cheminement qui ne s'arrête jamais.
Le soleil tapait, les chemins oscillaient, les cailloux roulaient sous mes pieds, les buissons me lacéraient les chevilles, mon sac me sillait les épaules, la pente ne cessait de prendre de l'importance. Sans savoir pourquoi je m’acharnais a vouloir continuer ce clavaire, je me taisais, oubliait toute douleur, toute fatigue et je me concentrais sur mes pieds, sur mes pas, sur ma marche, mouvement que je tentais de rendre mécanique, automatique, oublié.

Essoufflée, Eliya s’effondrais.Une larme de fatigue et de renoncement coula sur sa joue. Loin d'être sportive, il lui avait fallut cesser de réfléchir, de penser, d'écouter pour effectuer cette marche. Effort intellectuel presque plus dur que l'effort physique en lui même.
A peine je relâchais mes muscles que des souvenirs resurgirent dans ma tête. Chad cherchant à me protéger de Dementia, les deux Cogistes face a face tel deux machine de guerre cherchant la faille de l'autre, le rire de Dementia a la vue de mes provisions, la question de Chad, leur haine pour les leur propre Famille.

Aux souvenirs suivirent les questions. Pourquoi cette haine? Pourquoi se trouvaient-ils ici? Pourquoi ne m'avaient-ils pas fait de mal? Comment avaient-ils réussit a faire fit des préjugé qui sillonne les Familles? Pourraient-ils mettre fin a cette guerre? Dementia était-elle seulement contre les Cogistes ou bien se rangerait-elle au coté des autre Famille? Si oui, la quelle? Il y avait-il un espoir pour les Familles les plus fragiles Bâtisseurs, Guides et Mnésiques? Qu’arriverait-il aux Cogistes si ils étaient vaincus ? Méritaient-ils d'être exterminés? Dementia et Chad n'était pas la preuve que mes chez eux il y avait une partie de Bien? Les autres Familles représenteraient-elles un danger une fois la menace Cogistes éliminée? Les Cogistes seraient-ils vraiment battus par la force conjuguée de quelques autre Familles? Les parents d'Eliya serait-ils vengés? Voulait-elle vraiment qu’ils soient vengés? Que le cercle infernal de la vengeance soit perpétué?
Trop de questions sanglantes ou sages, d'espérance et de désespoir, questions capitales ou inutiles.

N'étais-je pas la pour prendre du repos, oublier les Familles, la guerre?
Isly se redressa. Toujours essoufflée par sa marche, elle resta assise. Tandis que toute sa marche s'était faite avec pour seule vue le flanc escarpé de la montagne, pour seule destination le sommet et la vue qu’il offrait, Eliya ne s'était pas retournée une seule fois.
Erreur humaine, erreur capitale.

Le paysage était magique. C'était comme sentir, savoir, être la nature elle même. Le vent qui se joue des frontières palpables, le soleil qui réchauffe chaque être vivants, le silence qui caresse le chant des oiseaux.
Chaque pierre, chaque feuille, chaque arbre, chaque montagne, chaque nuages, ... semblaient avoir une place précise dans ce tableau magique et naturel a la fois. Naturel. La nature est la plus grande Bâtisseuse.
Doucement elle se leva. Se retourna. Le sommet était la, tout près. Relativement tout prés. Dix minutes de marches. Eliya plissa les yeux, puis se détourna. Elle commençait la descente.
Pourquoi? Une dizaine de minutes et elle aurait atteint son but, elle aurait vu ce qu'elle voulait voir. Mais que voulait-elle voir? La nature, sa tranquillité et sa force? La vue qu'elle avait a présent n'était-elle pas suffisamment belle? Si elle marchait jusqu'au sommet ne devrait-elle pas gravir l'Himalaya pour avoir toujours plus beau?
Le plus beau ne lui avait-il pas été offert, quelques heures plus tôt, quand elle avait croisé la route, non; quand elle avait été rattrapée par Dementia et Chad?


Eliya sourit. Je me sentais, ... vivante. Vivante comme je ne l'avais jamais été.
Tout en étendant ses bras en croix, pour sentir le vent, elle murmura.
-Merci
A qui adressait-elle ce message? A la nature, à Dieu, à ses parents, ... peut-être.
A qui adressait-elle ce message ?
A qui adressais-je ce "merci"? A Chad et Dementia ... certainement.
Aux deux Cogistes, restés en bas. Aux deux Cogistes qui se battaient pour la vie et pour l'espoir, pour la justice et l'égalité, chacun à sa façon.
Deux Cogistes à qui je devais beaucoup.
Sans rien faire, ou plutôt en étant eux même, ils m'avaient ouvert une porte plus belle que toutes celles de la Maison. Entre l'Amour et le respect, cette porte se nommait la Tolérance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cordillière des Andes, montagnes de mystère.

Revenir en haut Aller en bas

La cordillière des Andes, montagnes de mystère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le mystère de l'Atlantide
» [flashback] Campagne contre les brigands des montagnes
» Stardust, le mystère de l'étoile.
» Les Montagnes Froides.....
» Le Mystère de la Pleine Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte Des Mondes :: Monde Réel :: Amérique :: Amérique Du Sud-