AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

De la Musique pendant que tu Ecris ?
//
Partagez|

"NYork" Grattes-Ciels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: "NYork" Grattes-Ciels Mer 17 Mar - 9:17

Planant  au-dessus du fleuve, Orion appréciait le soleil qui brillait sur Manhattan. Autour de lui les immeubles se dressaient de toutes leur envergure vers un ciel bleu qui ne présentait aucun nuage. Il faisait en sorte de planer lentement pour profiter des belles lumières  que donnaient les reflets de l'eau, volant haut, très haut pour pouvoir voir un maximum de choses en un seul vole. Ses longues plumes brillants magnifiquement dans un environnement réfléchissant toutes les chaleurs de la journée, son bec pointant comme une flèche vers sa destination. Une destination imprécise, aléatoire. Tantôt vers une péniche voguant lentement sur le fleuve, tantôt vers la Statue de la Liberté dominant l'endroit.
 
Orion continua son vole vers une plage peu fréquenté. Le sable orange et pure brillant faiblement devant lui. Il diminua son altitude pour descendre rapidement vers l'eau. Il laissa ses pattes frôler l'eau et laisser une trainé derrière lui. L'eau était froide, encore très peu chauffé par le soleil qui pourtant, cognait violemment pour cette époque de l'année.
 
Vérifiant qu'aucun être humain n'était présent sur sa piste d'atterrissage, Orion se posa avec douceur sur le sable qui lui était chaud et mouillé. Autour de lui, la plage était déserte, mais on entendait les centaines de véhicules passer un peu plus haut. Une butte le séparé de la route et de toute civilisation, c'est là qu'Orion se transforma, retrouvant forme humaine. Retrouvant son superbe corps de jeune homme. Pour se confondre aux autres dans un monde envahit par la vermine humaine. Il ne se sentait en effet que très peu humaine. Son instinct était animal. Son instinct était Cygne.
 
Orion contourna la butte et se dirigea vers le périphérique qui passait non loin. Vers la civilisation, et ses Grattes-Ciels.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Ven 9 Avr - 1:58

Où étais-je ?

Tout s'était passé si vite. J'étais à Paris, il y avait cette porte devant moi. La curiosité est un mauvais défaut... J'avais poussé cette porte, me retrouvant dans un lieu... étrange. Un lieu qui me mettait à la fois très mal à l'aise et en même temps dans lequel on avait envie de rester, de s'installer. Comme dans un petit cocon.

Je hais les cocons.

Trop simple, trop douillet, trop confortable. La vie n'est pas comme ça. Et puis de toute façon, chaque lieu est pareil, chaque situation similaire. Ce sont des bombes, des bombes qui peuvent exploser d'un moment à l'autre. Et faire tout explosé. Hors, plus l'endroit est confortable, plus les dégâts sont grands. Ma vie à moi avait déjà été assé brisée comme ça.

Alors j'étais sortie.
Par une autre porte.
Et j'étais atteris ici.
Mais où ?

Il y avait des gens. Beaucoup trop de gens. En même temps, quoi de mieux qu'une foule pour se cacher, se dissimuler. La foule est un endroit monotone, mais aussi très sécurisant. Car dans tant de gens, qui pourrait remarquer leur semblable ?

L'endroit rêvé pour se cacher.

Mais cette certitude là à voler en éclat lorsque je l'ai vu. Qui était-il ? Aucune idée. Mais je le savais différent, peut être moins... humain. Et c'est pour ça que je l'ai remarqué. Pour ça que la foule m'a soudain parue trop nombreuse, trop étouffante. Personne ne peut se cacher. Encore moins ici.

Beaucoup trop de gens.

La foule m'opresse, me stress, j'ai l'impression d'étouffer. Il faut que je résiste, que je me calme. Trop de gens, trop de gens... Mais tous des inconnus. Ils ne me veulent aucun mal.

Je l'espère.

Sans m'en rendre compte, je me suis mise à poursuivre le jeune homme que j'avais remarque précédemment. Il faut dire aussi que ce n'est pas très difficile. Habillé tout de blanc, il dénote largement avec le commun des mortels. On dirait... un ange. Mais je me méfie des anges. Ils cachent toujours des cornes sous leur auréoles...

Remarque-t-il qu'il est suivit ? Sûrement. Je ne suis pas la discrétion même. Mais je m'en fiche. Je men contrefiche. Je ne sais même pas où je suis. Je n'ai pas dix milliards de choses à faire.

Alors je le suis.
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Ven 16 Avr - 9:06

Les cheveux dans le cout d'Orion se dressèrent, hérissant le reste des poiles de son corps. Soudain il s'arrêta, en plein milieu de la rue qu'il empruntait. Quelques personnes durent l'éviter de justesse, car sa halte fut brutale et inattendue. Les doigts se replièrent, formant des poings serrés. Pendant un instant, il ne bougea pas, resta immobile. Ses sens étaient en alertes total. Il avait sentit, un peu avant, qu'il était suivi, suivi de prêt. Une personne avait ses yeux fixés sur lui depuis quelques secondes et Orion l'avait sentit très fort d'instinct.

Doucement, Orion tourna se tourna gardant les yeux braqué sur le moindre mouvement hostile. Il fit lentement volte-face et se trouva face à une jeune fille qui le fixait avec de jolies yeux gris. Elle était jeune, plus jeune que lui. Une jeune blonde au visage fragile et marqué. Elle se tenait ainsi, devant lui, immobile et innocente.

Orion fut intrigué, captivé par cette inconnue qui se présentait là derrière lui sans que rien ni personne ne puis interrompre ce moment étrange. Étranger au monde qui continuait sa progression, Orion avança, d'abord un pied. Puis il commença à marcher, très lentement vers elle. Ses pas étaient ralentis, autant par sa lenteur que par la pression qui s'appuyait sur eux.

Le fond sonore passa comme au second plan, un grondement sourd. Les personnes qui circulaient autour d'eux, passaient comme un vent, une brise. Et les grands immeubles de verre s'élevaient non loin, imposants et observateurs. Le ciel était maintenant bleu clair.

Orion amena une main à sa veste, l'avançant vers la poignée de la mort. Une balle fut chargée. Mais il ne le sortit pas.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Ven 16 Avr - 11:38

Son arrêt fut brusque, inattendu, surprenant. Aussitôt un réflexe qui semblait être ancré en moi depuis toujours m'immobilisa à mon tour. Ses yeux sont cachés par ses cheveux, mais de toute façon je suis bien trop intimidée pour croiser son regard.

Je baisse la tête.

Mais soudain, comme prise de folie, je la relève, décidée à ne pas me laisser faire, ne pas me laisser déstabiliser. Trop tard. Il se rapproche, j'hésite, que faire ? Reculer ou avancer ? Le doute s'insinue, je ne bouge pas, je frissonne, je sers les poings, sens la peur s'allumer. Comme des braises sur lesquels on souffle.

Qui est-il ?

Les mots restent emprisonné dans ma gorge, bloqué par ma peur. Et je n'ai surtout pas envie de briser la glace, le miroir qui semble nous séparer, nous distancer, me protéger. Même si je sais que, forcément, lui le brisera.

Il se rapproche de plus en plus.

Autour de nous la foule nous frôle, nous chatouille, s'évapore. Ils ne semblent plus être là, pas tout a fait. Juste des âmes sans importance. Nous sommes seuls. Seuls au milieu de tous. Face à face.

Et soudain, ma jambre part, je nepeux pas la retenir. Et inexorablement, voilà que je me rapproche de l'inconnu, près, tellement près, trop peut être. Si je le voulais, je n'aurais qu'à tendre la main pour le toucher, mais heureusement ce membre là ne me trahis pas, restant pendu le long de mon corps sans la moindre esquisse de mouvement.

Tellement près.

Je relève le menton, tentant de fixer mon regard gris et morne dans le siens. Mais ils m'échappe, mon esprit aussi, qui part vagabonder le long de sa silhouette, effleurant de mon regard ses chveux mi-long, la blancheur de son habillement et sa petite vingtaine d'année.

Je l'observe.
Sans bouger.
Sans rien dire.
Juste regarder.

Puis soudain mes lèvres se mettent à bouger, murmure insolite emporté par le vent, tellement faible que presque inexistant.


"Bonjour."

Puis la danse des regards recommence, le fixer, l'éviter, à nouveua, recommencer. Toujours recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Mer 28 Avr - 7:48

- Bonjour. Un seul mot bouleversant légèrement l'atmosphère déjà plus que tendu. Elle lui avait adressé la parole avec gentillesse et politesse, faisant d'elle comme une image d'ange. Et le bruit des voitures, le vacarme de la rue autour d'eux revint violemment. Orion reprit ses esprits, comme émergeant d'un rêve étrange.

Orion répondit sans s'entendre, sa voix était glaciale, mais il ne la sentit pas sortir. Il avait un mauvais présentement. Ses sens animales lui faisait maintenant tourner la tête et il avait de plus en plus de mal a réfléchir. Instinctivement il plongea sa main dans sa veste.

- Bonjour, commença-t-il, je vous connais ?

Il était peu confiant a présent. A mesure que le temps s'écoulait si lent soit-il. Orion ne put s'empêcher de surveiller autour de lui. Le soleil commençait à chauffer le dessus de sa nuque et il se déplaça pour se protéger sous dans l'ombre d'un immeuble. La jeune fille devant lui le regardait encore avec des yeux impassibles et incroyablement étranges. Orion ne lâcha pas la poignée de son Colt, attendit une réponse sans broncher.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Sam 8 Mai - 9:31

Assise à la terrasse d’un café, sirotant calmement un soda, elle fixait l’écran de son portable avec intérêt. Elle était fascinée par toutes les possibilités qu’offrait l’Ailleurs, elle ne cessait de découvrir de nouveaux vis, de nouveaux engrenages, … elle continuait d’explorer cette terre inconnue, d’emprunter de nouvelles portes. Il avait fallu qu’elle fasse son éducation par elle-même et elle n’était pas déçue du résultat. Cependant, elle souhaitait découvrir des personnes qui étaient comme elle. Là-bas, elle ne croisait que des ombres, des voix mais jamais des formes matérielles pourtant, c’était possible. Elle en était persuadée.

Et alors qu’elle avait atterri dans les rues de Manhattan, qu’elle observait la foule anonyme passée devant elle, inconsciente de sa présence, elle se fixa sur deux personnes. Deux ombres qui se détachaient du lot ; elle fut tellement attiré par eux qu’elle ne pu s’empêcher de réagir excessivement, elle eut un sursaut et les dévisagea littéralement.

Le premier avait passé deux fois sa main dans sa veste en dévoilant malgré lui la présence d’une arme sur lui, l’autre une jeune fille angélique semblait se mouvoir avec une fluidité irréelle. Ils étaient tous les deux assez jeunes. Ils lui ressemblaient. Pas physiquement, ils étaient tous les trois différents dans la taille, la gestuelle, les expressions, … mais ils avaient un point commun qu’elle ne discernait pas.

De toute manière, elle devait prévenir cette fille du danger qu’elle encourait, même s’il semblait improbable qu’elle n’en soit pas consciente. Elle jeta quelques dollars américains sur la table -elle détestait voler, par définition, seulement les circonstances l’avaient amenés à être malhonnête à cet instant précis : elle ne possédait pas d’argent pour payer sa boisson- elle attrapa son manteau, l’enfila, et se jeta dans l’agitation humaine qui parcourait les avenues dallées ; elle s’approcha à quelques mètres d’eux. Elle se stoppa et intercepta leur échange de politesse.

Elle comprit son impression.
Ils étaient comme elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Sam 8 Mai - 10:33

- Bonjour, je vous connais ?

Ses mots sont froids et m'atteignent comme des flèches. Je ne comprends pas ce ton dur qu'il a pris. Pourquoi ? Et sa main qui se glisse dans sa veste... que cherche-t-il. Je crois savoir, mais je ne veux pas m'avancer.

Et de toute façon je n'ai pas peur.
Il ne pourra rien contre moi.
Personne ne peut rien contre moi.
Pas physiquement du moins...


- Je ne crois pas...

Mes yeux gris l'observent, toujours impassible, tellement contraire à mes mots qui eux sont hésitant, porteur de tant d'émotion. C'est vrai que je ne le connais pas... Mais dans ce cas, pourquoi suis-je irrémédiablement attirée par l'aura qui se dégage de lui ? Je lis de la haine dans son comportement... Alors pourquoi est-ce que je ne fuis pas ?

Je crois qu'il ne m'apprécie pas énormément.

Et pourtant, moi je reste là, comme si j'attendais quelque chose, quelqu'un. Mais qui, mais quoi ? Je ne sais pas, ne comprends, ni ne cherche à comprendre. Mon instinct me souffle juste que ma place est ici.

Et soudain, j'entends un bruit de pas.

Comment ai-je pu distinguer ce bruit face aux autres ? Je ne sais pas. Peut être est-ce parce qu'il ont l'air plus sûr, plus déterminé... Et ils se dirigent vers nous. Mais moi je ne bouge pas, mes yeux impassible toujours plongé dans ceux de l'inconnu.

Qu'importe le reste, je sais que cet échange de regard sera gravé en moi pour toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Jeu 13 Mai - 10:51

Désormais, elle sentait la tension qui émanait de l’échange qu’avait ces deux protagonistes, elle était suffisamment proche d’eux pour pouvoir distinguer leur respiration ; intercepter leur manière de se regarder. Et elle restait figée face à l’attitude qu’ils avaient.
L’homme -qui gardait la main soigneusement serré sur son arme- ne cessait de jeter des petits coups d’œil autour de lui, étrangement, comme s’il recherchait ou guettait quelque chose, … ou quelqu’un. Elle n’en savait rien, et ces détails l’inquiétaient encore plus. Elle détestait être démunie et ne pas contrôler les événements. La jeune fille sentait l’assurance à plein nez, elle respirait la confiance. C’était déconcertant, elle paraissait ne pas se préoccuper de la menace qu’il représentait.

Alors, à ce moment, elle hésita à manifester sa présence. Soudainement prise de doute, peut-être qu’elle s’était trompée dans son empressement malsain à les rejoindre. Il se pouvait que ce ne soit qu’un couple ordinaire qui sortait d’une dispute.

Non, ils se sont demandé s’ils se connaissaient. Ce qui n’implique aucun lien de proximité. Réfléchis ! se sermonna-t-elle intérieurement.

En fait, des milliers de possibilités s’ouvraient devant elle, improbables. Rendez-vous organisé ou de travail, simple rencontre, coup de foudre, … Cependant, elle se reprit : il avait une arme! Il était dangereux, point. La situation tout entière était loufoque, elle qui ne rêvait que de verser le sang souhaitait par-dessus tout venir au secours d’une inconnue.
Elle ne possédait vraiment aucune logique !

« Je serais vous, je m’éloignerais, intervint-elle contre son gré et, elle fit face au jeune garçon : et vous, je prendrais en compte les centaines de gens qu’un coup de feu alerterait. »

De toute manière, il était bien trop tard pour s’enfuir en courant maintenant qu’elle s’était mêlée d’affaires qui ne la concernaient certainement pas. Mais elle s’accrochait désespérément à ce sentiment, ils étaient comme elle. Elle en avait la certitude.
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Mar 18 Mai - 8:14

La jeune fille à qui il semblait parler depuis une bonne demi-heure à ses repères temporels, cligna des yeux sous la surprise.
Elle répondit alors d'une voix incertaine, comme étrangère au monde qui les entourait.
Non. Elle ne croyait pas.
Une incertitude qui devenait pesante. Orion sentit l'irritation lui descendre le long des doigts vers son arme. Il serra les dents et plissa les yeux pour mieux l'observer.
Elle était plutôt séduisante, mais il n'entra pas dans des constatations hâtives.
Une présence l'alerta. Malgré les centaines de personnes qui passaient près d'eux, une seule attira son attention.
Il se tourna lentement pour voir une nouvelle jeune fille s'avancer pour venir se ranger du côté de son interlocutrice.
Se connaissait-elle ?
Il chassa rapidement cette question de sa tête lorsqu'elle parla à son tour :

« Je serais vous, je m'éloignerais, intervint-elle contre son gré et, elle fit face au jeune garçon : et vous, je prendrais en compte les centaines de gens qu'un coup de feu alerterait. »

Orion sourit et ricana légèrement. Les gens étaient vraiment étrange dans ces rues !
Il releva le menton et planta ses yeux dans ceux de la nouvelle venue.

- Ne croyais pas qu'une centaine de personnes me ferais bouger d'un fil, lança-t-il, s'il s'agit de la Police locale dont vous parlez, elle ne changera rien à mes actes et mouvements.

Il observa les deux filles attentivement :

- Maintenant seriez-vous assez aimable pour me donner votre identité pour que je sois en mesure de savoir si je dérange réellement ces centaines de personnes ou non ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Jeu 20 Mai - 6:57

J'écoute le conseil que me donne cette fille, cette inconnue, cette personne qui se distingue si bien des autres. M'éloigner ? Je ne vois pas pourquoi... Et là elle parle de coup de feu et mon esprit comprend violemment que l'hypothèse que j'ai toujours voulu repousser était en fait la bonne.

Ce jeune homme à peine plus âgé.
En lui résonne encore les bêtises de gamins.
Et je me demande.
A-t-il vraiment du sang sur la conscience ?

Ce qui est sûr, c'est que tout autre individu ne semble avoir aucune importance. Serait-il près à tous les massacrer juste pour camoufler ma mort et celle de la nouvelle arrivante ? Est-il vraiment le monstre qu'il prétend être ? J'ai de la peine à croire que quelqu'un puisse être si atroce, si sanguinaire... Surtout lui qui semble tellement différent. Mais peut être justement qu'il est différent... en moins bien.


- Maintenant seriez-vous assez aimable pour me donner votre identité pour que je sois en mesure de savoir si je dérange réellement ces centaines de personnes ou non ?

Que veut-il dire par là ? Que si notre identité ne lui convient pas il nous tuera ? Je n'ai rien à me reprocher et je ne vois pas en quoi dire mon nom pourrait me faire risquer ma vie. Et dans le cas contraire, j'aurais mentit, évidemment. Il est si facile de s'inventer un autre nom, un autre soi-même...

- Je m'appelle Ran Sil...

Je suspens ma phrase alors que mes yeux rencontrent les siens. Ce n'est pas ça. Non, ce n'est pas ça qu'il veut savoir.

- Tu t'en fiches de nos nom, n'est-ce pas ? Alors sois un peu plus précis dans ta question. Que veux-tu savoir de nous exactement ?

Ma voix se radoucit et mon visage se détend. Et je lui sourit. Pourquoi ? Moi même je ne le sais pas. Mais je sens qu'en lui, qu'en cet homme qui se veut si fort se cache quelque chose de douloureux, un mélange de haine et de sanglots entremêlés...

Son passé.

Oui, exactement. On a tous un passé, une histoire, un chemin qui nous a conduit jusqu'ici. Et le sien, je sens qu'il n'a pas été facile. Comme le miens. Et c'est pour ça que je me décrispe. Et que je lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Ven 21 Mai - 10:34

- Je m'appelle Ran Sil... Tu t'en fiches de nos nom, n'est-ce pas ? Alors sois un peu plus précis dans ta question. Que veux-tu savoir de nous exactement ?

Etonnée de cette spontanéité, elle devait sûrement ressembler à un poisson. Mais, consciente de cette transparence d’émotion, elle se reprit. Elle observait les réactions de la jeune fille qui disait s’appeler Ran. Elle n’avait pas l’air de se sentir en danger, bien au contraire, c’est comme s’il ne lui faisait pas peur. Pour sa part, Dementia n’appréciait pas cette attitude, quoi qu’il arrive, elle était persuadée qu’elle n’était pas invincible.

Par pur soucis d’intégrité, elle se retourna vers lui. Mais elle n’était pas vraiment certaine de pouvoir dévoiler son identité, elle ne pouvait pas risquer grand-chose ; soit il les tuait maintenant (en supposant qu’il y arrive, ses jambes de lièvres et ses mouvements fluides et gymniques seraient un obstacle de taille à son dessein) soit, il essayait de les retrouver plus tard (en imaginant que sans plus d’information, il aille farfouiller jusqu’au bout du monde : l’Australie). Bref, elle se sentait très en sécurité après réflexion…

«Dementia, prononça-t-elle à mi-voix. C’est mon prénom.»

Elle précisa vu l’ambiguïté qu’il constituait avec des mots de sa langue natale, l’anglais. Elle réfléchissait aussi aux paroles de Ran, il lui semblait qu’à mots couverts elle lui demandait de tout de suite les interroger sur leurs Familles. Mais ils étaient forcément comme elle ! Des cogistes ! Ou sa vision du monde était-elle astreinte et les révélations de son frère fugaces, il prétendait que les autres Familles avaient été décimées mais n’était-ce pas à son avantage qu’elle ne pense ça ?

Elle ne savait plus, et puis, il l’avait trahi de toute manière. Elle n’avait plus besoin de repenser à ces événements. Elle se concentra.

Il avait prétendu qu’il ne dérangerait pas ces gens si ce n’étaient pas nécessaire mais d’une manière qui incitait à croire qu’en réalité, il se contrefichait qu’autant de témoins le remarque.

Elle se maudit elle-même sur dix générations pour s’être mêlé de cette histoire. Elle bloqua sur le sourire que Ran adressait à ce garçon, complètement surprise, elle resta dubitative devant cet élan de compassion suicidaire.
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Sam 29 Mai - 9:53

Orion était restée fixée sur Ran comme elle affirmait s'appeler. Bien qu'il ne parle aux deux jeunes femme, il n'avait pu retirer ses yeux de son visage fané. Par delà les longues marques d'un lourd passé, elle était jolie, à son goût du moins.
Et elle lui avait souri presque sans hésitations, sans craintes. Ce sourire. . . dommage qu'elle ne se voit pas, qu'elle se néglige. . .
Donc il avait une Ran et une Dementia devant lui. Ran avait l'air paisible, mais Dementia semblait être sur les nerfs et très surprise par la réaction directe de Ran. *Se connaisse-t-elle ?* se demanda-t-il. Non. Les deux jeunes femmes étaient inconnues l'une envers l'autre.
D'ailleurs Ran n'avait pas l'air de vraiment s'intéresser à Dementia, ni même de sentir sa présence.
Puis Orion le sentit, l'une était Cogiste et l'autre Guérisseuse. Il ne pouvait dire qui était qui, mais savait au moins à qui il avait à faire.
Il sortit sa main de sa poche, relâchant son arme et sourit.

- Voilà qui est plus convivial, commença-t-il, mon prénom est Orion. Avant que vous ne le demandiez, je suis Métamorphe. En réalité je ne cherche rien, je me suis juste demandé pourquoi j'étais la cible de votre intense regard mademoiselle.

Il avait joué la carte parole cette fois. Il n'avait aucunement envie de se lancer dans une nouvelle chasse à l'homme qui perdrait surement, car en présence d'une Cogiste, il serait le plus grand des ridicules à essayer de lui tirer dessus. Et Ran lui plaisait, il ne voulait pas tacheter de sang un si jolie potentielle.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Dim 30 Mai - 0:19

J'entends le prénom de la nouvelle arrivant, le note dans un coin de ma tête. Tout ça sans cesser d'observer le jeune homme avec le même sourire. Du coin de l'oeil, je suis sa main qui sort de sa poche et je soupire de soulagement. Non que j'aie eu peur pour moi. Mais c'est surtout pour l'autre, Dementia. Même si je conçois une certaine ressemblance entre nous deux, j'ai le pressentiment qu'il y a une sorte d'écart, de décalage. Et je crois bien qu'une blessure par balle n'aurait pas le même impacte sur elle qu'elle aurait sur moi.

- Voilà qui est plus convivial, mon prénom est Orion. Avant que vous ne le demandiez, je suis Métamorphe. En réalité je ne cherche rien, je me suis juste demandé pourquoi j'étais la cible de votre intense regard mademoiselle.

Métamorphe ? Mon sourire disparaît sous la surprise et tout mon visage se déforme en un masque de surprise et d'incompréhension. Tout, sauf bien sûr mes yeux gris, qui restent imperturbable. Comme toujours. Qu'est ce qu'un "métamorphe" ? Je ne sais pas... et pourtant, ce mot me dis quelque chose...

Allez, réfléchis Ran !

La Légende ! Oui, ça ne pouvait être que ça ! Si je me souviens bien les Métamorphes étaient ceux qui pouvaient se transformer en animal... alors ils existaient vraiment ?! Moi qui croyait que j'étais toute seule. Mais non, j'apprends aujourd'hui qu'il y en a d'autre comme moi ! Pas exactement pareil, mais c'est déjà un bon début.

- Je ne sais pas. Peut être à cause de la malédiction de nos pouvoir ? Je suis Guérisseuse.

Même si Orion est comme moi, ou presque, cela me fait toujours aussi bizarre de dire cela. "Je suis Guérisseuse". Absurde. Mais c'est pourtant la réalité. Et je dois m'y faire, même si pour moi, c'est si dur à comprendre et à assumer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Dim 30 Mai - 7:28

Dementia resta muette, elle se contenta d’observer l’échange auquel elle assistait. D’une banalité et d’un naturel presque anodin, comme si c’était parfaitement normal d’aborder l’idée des pouvoirs devant une foule anonyme qui pressait le pas sans rien entendre. Comme si c’était déjà souvent arrivé.

Ran était une guérisseuse, dans ses souvenirs cela signifiait pouvoir se guérir instantanément, ou aider les autres, ou les deux capacités. Bref. Désormais, elle comprenait bien mieux pourquoi elle n’avait pas eu peur de l’arme à feu. Les balles ne l’auraient pas tuée.
Pour le métamorphe, elle aurait pu s’en douter depuis le début ! Quelle idiote ! Il dégageait cette force, quasi animal, qui le caractérisait comme tel depuis le départ.

Sa curiosité était piquée à vif, preuve de son manque de discernement (elle était toujours en situation de danger) et d’apprentissage. Elle voulait en apprendre plus sur celui qui c’était présenter comme Orion. Se transformait-il en félin ? En oiseau ? En reptile ?
La liste était tellement longue que les mots se confondaient dans sa tête. Elle devait savoir… sauf que poser la question lui semblait une erreur. Elle ne pouvait pas se permettre de montrer que -jusqu'à une minute plus tôt- elle ignorait encore qu’il restait d’autres survivants qui continuaient de représenter les Familles en dehors de celle des Cogiste. Elle était clairement impressionnée.

Cependant, elle remarqua aussi que l’homme avait adopté un air résigné lorsqu’il avait lâché son arme. Une seconde, peut-être deux mais c’était largement assez pour qu’elle le note ; ensuite, il avait sourit. Calculateur. Il l’inquiétait beaucoup même si elle savait qu’il ne pouvait rien contre elle, elle avait trop confiance en ses pouvoirs mais elle le craignait. Inexplicablement.

« Je ne sais pas. Peut être à cause de la malédiction de nos pouvoirs ? Je suis Guérisseuse »

Elle releva la phrase que la jeune fille venait de prononcer. Une malédiction ? C'était une bien étrange façon de parler de leurs dons. Jamais, elle n'aurait pensé à employer ces termes. A moins que ce n'est une signification qu'elle ne saisissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Ven 11 Juin - 9:40

Orion écarquilla les yeux. Il n'en croyait pas ses oreilles. Avait-il bien entendu ? *Elle doit se moquer de moi ! Une malédiction !?* Puis, il se redressa, sourit et la regarda d'un air moqueur. La pauvre ne devait pas manger beaucoup, cela avait dû lui monter à la tête !
Mais ses yeux dérivèrent vers Dementia. Elle n'avait prononcé un mot. Son sourire s'élargit. *Timide ?* pensa-il avec un petit rire intérieur.

Il retourna son attention sur la jeune Guérisseuse :

- Une Malédiction ? Dit-il avec le large sourire qu'il tenait depuis qu'elle avait ouvert la bouche pour prononcer ces stupidités. Moi je suis content de mon Pouvoir. En tout cas, tu devrais te guérir de cette maigreur répugnante !

Puis il éclata de rire. De cruauté en cruauté il se déplaçait tel un assassin de la parole et tu dialogue.

- Et toi ? Demanda-il à Dementia. tu n'as visiblement pas le pouvoir de répondre à une question à ce que je vois. . . laisse-moi deviner, réticente et effronté, tu dois être ou Scoliaste ou Cogiste.

Il renifla l'air en levant le nez.

Ca pu le Cogiste à mon avis !

Puis sans prévenir. Sans aucune hésitation et sans en avoir fait paraitre le moindre signe, Orion tira son Colt et tira. Sur la Cogiste d'abord, car il devait être plus rapide qu'elle. Mais il n'espérait pas la toucher, seulement de la surprendre assez pour prendre l'avantage. D'un même mouvement il poussa un cri de rage pour accentuer la surprise.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Sam 12 Juin - 11:51

- En tout cas, tu devrais te guérir de cette maigreur répugnante !

Ma mâchoire se crispa. Comme avais-je pu imaginer une seule seconde qu'il puisse me comprendre ? Que quelqu'un comprenne ma douleur ? Evidemment, les autres ne voyaient que ça... Avec leur pouvoirs ils étaient plus fort, plus puissant, plus surhomme. Et c'était ça le problème. Moi, je voulais être humaine, je voulais être normal. Je voudrais pouvoir souffrir comme n'importe qui, d'une souffrance qui ne guérit pas. Alors peut être que c'était répugnant, mais c'était ma vie !

Je suis tellement plongée dans mes pensées que je n'entends pas sa conversation avec Dementia. C'est la déflagration qui me ramène brusquement si terre... Bruit horrible, comment une si petite machine peut-elle crier aussi fort ? Tout mon être sursaute, seul mes yeux reste gris et désertique, comme si cette partie là de mon corps était sourde... Le bruit est ahurissant, j'en ai peur, mais j'ai aussi peur pour l'inconnue qui est venue me porter secours. Jamais elle n'arrivera à esquiver la balle. J'espère au moins qu'elle est Guérisseuse comme moi...

Si j'avais mieux écouté la conversation...

Tout les gens passant tout près ont du aussi l'entendre, ce n'est pas possible autrement ! A moins que je sois la seule, à moins que la balle se soit répercutée dans ma cervelle, mais pas dans celle des autres. Les gens normaux que j'envie tant ont-ils compris ce qu'il s'était passé ?


- Qu'as-tu fait ?!


Je ne peux retenir ce cri de rage emprisonné dans ma gorge. Je le libère, le jette sur Orion, comme si le poids de mes mots pouvaient faire revenir le temps en arrière, pouvait le faire regretter son geste. Puis je me tourne vers Dementia le coeur battant la chamade et au bord de l'évanouissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Lun 14 Juin - 5:19

Elle avait vu juste, Ran n’avait aucune raison valable de voir son Pouvoir comme une malédiction. Elle-même en était plutôt satisfaite malgré tous les ennuis qu’il lui avait apportés. Elle était du même avis que le jeune garçon. Mais ça, ce n’était pas vraiment un fait qu’elle appréciait particulièrement.

Il monologua un peu sur la fierté qu’il conférait à ses pouvoirs avec un sourire presque sadique (selon elle) qui l’a fit frémir. Il reporta ensuite son attention à Ran, il fit remarquer sa maigreur. Il éclata de rire, machiavéliquement, et la fixa :

« Et toi ? Demanda-il à Dementia. tu n'as visiblement pas le pouvoir de répondre à une question à ce que je vois. . . laisse-moi deviner, réticente et effronté, tu dois être ou Scoliaste ou Cogiste. »

Orion semblait croire qu’il avait été extrêmement rapide, et très discret, sauf que Dementia, grâce à ses capacités, avait pu l’apercevoir comme s’il était plus long qu’une tortue centenaire. Elle avait suivit chacun de ses mouvements avec un détachement incroyable, presque inhumain, parce qu’elle était certaine qu’il ne pouvait lui faire aucun mal.
Et il avait tiré.

Il savait sûrement d’avance qu’il ne la blesserait pas, il voulait juste qu’elle montre ses capacités. C’était lâche, énormément lâche, mais plutôt bien pensé et ingénieux puisque maintenant elle n’avait plus vraiment le choix.
Avec la rapidité d’un éclair, elle évita la balle. Elle se rapprocha de lui, posa prudemment sa main sur le canon au cas où il appuierait encore sur la détente de son Colt et dévia la trajectoire de l’arme. Sur la foule.

Elle entendit vaguement Ran hurlée tandis que son cœur tapait furieusement contre sa poitrine.

« Qu’as-tu fait ?! »

Dementia soupira avec un étrange sourire qui n’avait rien d’amusée ou de joyeux :

« Il n’a rien fait du tout ! Il savait très bien que j’éviterais de me laisser assassiner !! »

Elle arqua un sourcil :

« N’est-ce pas ? »

Etonnamment, elle avait réussis à ne rien laisser transparaitre dans sa voix de sa peur.

Elle remarqua soudainement l’attitude des gens autour d’eux ; ils s’étaient arrêtés. Certains criaient, d’autres filmaient frénétiquement avec leur téléphone portable, quelques uns restaient dubitatifs et quelques bonnes âmes appelaient au secours la police.

« Nous devrions peut-être gagner un endroit légèrement plus calme ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels Lun 14 Juin - 21:06



Assise sur une chaise d'un café, à coté d'un couple d'une trentaine d'années. Elle choisissait souvent ce camouflage pour éviter les questions que pourrait lui poser. Non pas qu'elle ne voulait pas y répondre, mais les réponses en questions auraient trop perturbées les adultes.

Les Adultes. Quelles étranges créatures. Plus elle les observait, plus elle était convaincu que ses parents n’avait jamais été adultes. Ils était passés d’Enfant à Sage. Elle aussi était probablement en train d’effectuer ce passage. Elle ne voulait pas être adulte. C’est nul d’être adulte.

Il suffisait d’observer le petit groupe au milieu de la foule. Elle les observait depuis un moment. Tout d’abord il y avait eu la Guérisseuse. Isly l’avait senti très rapidement. Le chemin de la fille avait beau être tracé à l’encre noire et aussi claire que de l’eau de roche, celle-ci faisait tout pour s’en éloigner. Il avait donc fallut que Mademoiselle suive le Métamorphe qui passait par la.

Lui était beaucoup plus compliqué. Il avait raté un embranchement très tôt, et les routes qui le ramenaient à son destin initial étaient désormais dures, difficiles et fragiles. Et il avait préféré la facilité et la mort. Pas la sienne mais celle de beaucoup de gens. Beaucoup trop pour que Isly se risque à essayer de le faire revenir en arrière, il lui faudrait attendre un Guide plus … Guide qu’elle, plus expérimenté, plus fort.

Pendant que les deux faisaient « connaissance », Isly avait observé la Cogiste se tenant dans le même café qu’elle. Celle-ci était beaucoup plus logique. Il était rare que des Cogistes se montrent aussi généreux qu’elle. Isly sentait que la brune allait intervenir dans ce conflit, mais elle ne chercha pas a l’en dissuader. La Cogiste devait suivre sa route, trouver les embranchements et choisir le bon chemin seule.

Par la suite, les choses s’étaient envenimées. Le Métamorphe avait tiré, la foule s’était arrêtée et contemplait cette scène étrange. Isly senti alors un immense « nœud » arriver vers eux. Dans quelques secondes les deux filles et le Metamorphe devraient choisir entre continuer leur « discussion » plus loin ou se séparer. Le chemin de Ran se dirigeait vers la séparation mais connaissant la Guérisseuse, les chances pour qu’elle suive cette possibilité étaient faibles. Dementia avait elle-même proposé la première solution et, fidèle à son chemin les suivrait. Restait le Metamorphe dont le nom échappait encore à Isly. Si les deux filles agissaient comme le prévoyait Isly il serait plus ou moins contraint de les suivre pour ne pas perdre la face. Mais les animaux sont imprévisibles et les cygnes encore plus.

Le couple se leva mais malgrès le risque que l'un le Métamorphe ou la Cogiste la repére, Isly décida de rester encore un petit peu. Il fallait qu’elle voit, qu’elle comprenne ce qui se passe dans la tête de ces trois oiseaux là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "NYork" Grattes-Ciels

Revenir en haut Aller en bas

"NYork" Grattes-Ciels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte Des Mondes :: Monde Réel :: Amérique :: Amérique Du Nord-