AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
  • Facebook
  • Youtube
  • Bienvenue http://portedesmondes.1fr1.net/profile.forum?mode=viewprofile&u=-1Invité
    Des Membres prennent un An

    De la Musique pendant que tu Ecris ?
    //
    Partagez|

    De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
    AuteurMessage
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 11 Aoû - 6:44

    Rose semble avoir reçu une claque. Elle rougit, et un hoquet la secoua. Je la regarde chercher de l'air, telle une noyée. Mais je ne fais rien pour l'aider. Je ne peux pas. Les prochains mots seront important, pour elle, comme pour moi. Je me suis rendu compte que la jeune fille m’offrira peut être de quoi prendre un tout autre chemin. Plus sain. Bon j'en suis pas sûr, mais après tout, la vie est capable de nous faire bien des tours. Ses mots s'élèvent, hésitant. Mais porteurs de vérité.

    - Je... Joke, je peux ressentir toutes tes émotions. Je peux ressentir ce que le monde entier ressent et sans le savoir tu partage avec moi bien plus que tu pense partager et bien plus que ce que tu souhaite partager avec moi. Je sais que c'est comme une atteinte à ton intimité, et ça doit te paraitre fou. Donc si tu me crois folle maintenant ou si tu veux pas qu'on rentre dans ta tête, alors je crois que tu devrais chercher une autre fille à prendre sous ton aile.

    Je ne réagis pas, étant rentrer dans un lieu hors réalité. Mes soupçons n'étaient pas faux. Voilà pourquoi elle semblait savoir des choses en plus. Car elle les prenait de ma tête. Et il y a quelques instants... Je me suis donc révéler entièrement. Et mon masque que j'ai mis tant de temps à construire est inutile. Alors que je vais pour me lever, pour prendre du recul. Ou peut être la fuite, un pensée perce. Rose a reçu déjà trop de pierre, et puis qui a vu un gamin escalader un arbre presque sans problème? Ou distancer un adulte? Personne et c'est depuis tout petit que je sais que je suis différent...
    Mais la voix de Rose me ramène à la réalité, telle une bouée. Je remarque une trainée brillante le long de sa joue.

    - Mais si tu veux toujours que je reste...

    Quelle question. Quand je m'interroge, je me rends compte que même avant de savoir son don, j'étais prêt à l'accepter comme elle était. Le claquement discret du verre rencontrant la table, attire mon attention. Que va t-elle faire? Je la regarde s'approcher, jusqu'à une minuscule nous sépare. Son odeur m'envahit, je vois chaque trait de son visage. Si fragile en apparence. Lentement, je lève ma main vers son visage, posant mes doigts sur sa joue. Du pouce, je chasse toute trace de larme. Puis lentement je pose mes lèvres sur les siennes. je n'ai pas chercher à la forcer, lui laissant toute liberté de se libérer. Mais j'ai eu besoin de la savoir réellement là. Mes doigts n'ont pas quittés son visage, allant prendre sa nuque.
    Lorsque je me suis éloigné, je garde les yeux fermés. J'ai une révélation, non je ne pense pas que je la laisserai partir... Un coup de barre me prends. J'ai juste besoin de profiter du moment. Quelque instant plus tard, je me retrouve allongé, la tête sur les genoux de Rose, le visage tourné vers son ventre. Et je murmure:

    -Finalement tu n'es pas une rose, mais un ange..

    Car elle va surement me sortir de l'ombre dans laquelle j'avance.
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 11 Aoû - 8:15

    Il allait se lever, il allait fuir. Et s'il partait, s'il la laissait la... Rose ferma fort les yeux, retenant l'expression de sa tristesse encore quelques instants, en attendant qu'il sorte de cette pièce et qu'elle puisse se laisser aller. Elle avait eu beaucoup de mal à supporter les échecs depuis la mort de ses parents. Elle avait été triste durant longtemps à cause de Kane. Triste de l'avoir quitté d'abord, puis triste de ne pas avoir pu achevé une petite partie de sa vengeance. Depuis, elle n'avait qu'une chose en tête : la mort des familles. La mort de tous les métamorphes. C'était devenue une obsession. Pourtant, elle était rassurée de ne pas avoir croisé de membres, tout simplement parce que son bonheur avait prit fin à cause de la mort qui lui semblait être partout depuis. Perdre Joke, c'était un échec de plus. Un échec de trop. Et alors qu'elle croyait réellement qu'il lui tournerait le dos, une émotion qui n'était pas la sienne la frappa.

    La compréhension.

    Les doigts de Joke rencontrèrent la joue de la jeune fille qui rouvrit les yeux. Il l'acceptait. Malgré la colère qui l'habitait, malgré sa personnalité, malgré ce qu'il avait du vivre pour en arriver la, malgré la violence dont il pouvait faire preuve, son geste était des plus tendre et des plus sincères. Il l'acceptait. Une petite lueur s'alluma dans les yeux de Rose, éclat pur de soulagement et de bonheur. Il l'acceptait !

    Son unique larme était morte sous ses doigts et, dissipant toute trace de tristesse de son visage, il s'avança plus encore, doucement et prévenant. Rose se raidit quand elle comprit son intention, mais ne bougea pas. Et quand ses lèvres touchèrent doucement les siennes, ses épaules retombèrent et elle renonça à se défiler. Soudain, ce fut l'explosion. Un feu d'artifice fait de couleurs, et d'émotions. La surprise, le désir... La solitude se fraya un passage hors de la tête de la jeune fille et quand Joke fit glisser sa main sous les cheveux de Rose et sur sa nuque, elle se redressa. A genoux sur le canapé, elle se rendit à peine compte de ce qu'elle faisait, alors qu'elle agrippait le visage de l'homme à deux mains. Ses lèvres étaient douces et chaudes et son visage n'était fait que de la douceur de sa peau et d'os, mais cela ne rendait l'instant que plus réel. C'était bien lui qu'elle était en train d'embrasser. Le garçon qui l'avait sortit du pétrin la veille et s'était occupé d'elle depuis. Elle se sentait comme l'actrice principale d'une série américaine stupide. Elle se sentait comme Loïs en train d'embrasser superman. L'image la fit sourire et ce fut ce même sourire qui du pousser Joke à s'écarter et à la regarder.

    Mais il ne détacha pas pour autant les mains de Rose de son visage, alors elle le fit elle même, pour pouvoir enfin refermer ses bras autour de lui et l'attirer avec elle dans le canapé. Et quand le moment fut terminé et que les battements incontrôlables du cœur de Rose se furent calmé, il murmura doucement, comme pour ne pas briser le silence :

    -Finalement tu n'es pas une rose, mais un ange..


    Elle baissa les yeux vers lui et sourit malgré elle à l'air enfantin que la fatigue lui donnait. Un souvenir lui revint. Celui de son père lui répétant "tu es un ange", alors qu'elle s'était déguisée en fée. Elle avait alors 6 ans, peut-être 7, et elle sautillait sur la terrasse en répétant "papa ! Jsuis une fée !". Il n'avait jamais capitulé, il s'était entêté à dire qu'elle n'était pas une fée, mais un ange et c'était Kate qui avait mit fin à leur petite dispute affective. Rose comprenait pourquoi à présent. Pourtant, elle aurait tant voulu répondre cette fois-ci qu'elle était une rose, rien que pour l'entendre la contredire.

    Elle se pencha doucement et prit son verre de jus d'orange, qu'elle avala d'un trait, sans prendre la peine de respirer. Puis, elle le reposa.

    - Pourquoi tu change d'avis ? Elle demanda. Une pause, puis : Est-ce que... t'embrasser... c'est une belle façon de dire merci pour ce que tu as fait hier ? Parce que si ça te va comme remerciement, il faut qu'on recommence, parce que c'était à moi de te remercier, pas à toi.

    Elle se sentit rougir malgré tous ses efforts pour rester de marbre. Elle avait du mal à comprendre comment elle pouvait dire quelque chose comme ça à quelqu'un qu'elle connaissait à peine. Mais après tout, elle se disait que si ça n'était qu'un remerciement, elle pouvait se le permettre. Pourtant, au fond d'elle même, elle savait que c'était bien plus que cela.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 11 Aoû - 10:07

    Je la sens se pencher en avant, attrapant son verre de jus d'orange. Elle prends pas la peine de respirer pour finir le liquide. J'ai envie de lui faire remarquer, mais je n'ai pas envie de briser ce moment en opposition. Qu'est ce que je peux être contradictoire.. Le silence se poursuit, mais après qu'elle est posée son verre, elle demande:

    - Pourquoi tu change d'avis ?

    J'entends de la malice dans sa question, et elle semble de se retenir de dire autre chose. Mais cette question n'est pas banale pour moi.. Une nouvelle question où je vais montrer un partie de mon être. Rose me change vraiment..Après après une pause, elle reprend:

    Est-ce que... t'embrasser... c'est une belle façon de dire merci pour ce que tu as fait hier ? Parce que si ça te va comme remerciement, il faut qu'on recommence, parce que c'était à moi de te remercier, pas à toi.

    Je décide de répondre d'abord à sa question, le visage toujours contre elle. Me plongeant dans une nuit douce, et rassurante.

    -Tu es un ange car tu me montre un nouveau chemin. Un chemin que je voyais, mais que je trouvais inutile. Où peut être trop brillant pour moi.. Mais toi tu me fais prendre conscience de la richesse de la vie.. Donc pour moi tu es un ange.

    Puis je me tourne, levant mon visage vers elle. Des rougeurs ont envahi ses joues. Génée? Pourquoi? Mais un sourire joueur vient étirer mes lèvres, alors que la fixe, attendant sa réaction.

    - Je t'ai embrasser pour te remercier de m'illuminer de ta lumière. Comme les anges, seuls, savent le faire.Je marque une pause. J'ai parlé avec sérieux pour cet phrase. Mais je reprends avec le sourire que j'avais effacer.Si j'inversai plutôt la question? Trouves-tu que c'est une bonne façon de remercier? Et si oui, je t'attends..

    Je joue peut être à un jeu dangereux. Mais qui ne risque rien n'a rien. Et puis j'avoue que c'était un moment magique. J'avais eu des aventures, mais toujours courtes et sans amours. Artifice. Mais ce moment là, lui n'était pas banale..
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 11 Aoû - 11:18

    Le jeune homme parla, sérieusement. Ses paroles semblaient improbables, comme si elles sortaient tout droit d'un film romantique et à l'eau de rose pour adolescente seule et déprimée. Rose fronça les sourcils, ne sachant si elle appréciait ce qu'il disait, ou si au contraire, ça lui faisait peur. C'était sans doute un peu des deux.
     
    Puis, un sourire joueur illumina le visage de l'homme, dissipant aussitôt l'angoisse grandissante de Rose. Elle l'écouta poser ses propres questions, gardant sur son visage ce sourire taquin. Pourtant, derrière son apparence, la jeune fille sentit nettement qu'il l'attendait. Alors elle sût que c'était la bonne façon de le remercier.
     
    Elle se pencha sur lui, ses longs cheveux bruns tombant en cascade autour du visage du jeune homme et le regarda dans les yeux. La couleur la bluffait et à chaque fois qu'elle croisait son regard, elle sentait son cœur se serrer, comme pour lui faire remarquer qu'il était à la fois différent et carrément mignon. Leur lèvres se frôlèrent, Rose sentit l'anneau argenté du garçon et se figea. Elle ne supportait plus le flot incessant de ses émotions mélangés à celles de Joke. Elle tenta de dresser des rempares entre eux deux, mais n'y parvint pas. A force de ressentir trop de choses en même temps, sa tête menaçait d'exploser. Elle savait que c'était probablement la fatigue qui faisait cet effet la, ou peut-être l'effet de la drogue qui ne l'avait pas encore quitté. Elle laissa ses petits tracas dans un coin de sa tête et revint à la réalité. Elle s'approcha encore du visage de Joke et l'embrassa cette fois avec insistance. Ce fut plus long, plus agréable encore, plus attendu. Mais les émotions explosèrent de toute part, lui broyant le cerveau.
     
    Elle releva violemment la tête, porta ses mains à ses oreilles et bouscula Joke pour se recroqueviller jusqu'à se retrouver en position fœtal. *tais toi* elle pensait. Ou peut-être qu'elle le prononça. Son cerveau cherchait vainement une solution à ce qui lui arrivait et malgré le son trop élevé des émotions, elle dressa une liste rapidement.
     
    Il était possible que ce soit la drogue. Peut-être était-elle seulement fatiguée et retrouvait-elle des difficultés à gérer les émotions, comme les premières semaines ou l'Autre lui avait cédé cette capacité. Ou alors, le lien qui l'unissait avec Joke grandissait, rendant ses émotions plus proches. Mais ça ne pouvait-être cette dernière solution. Quelque chose ne tournait pas rond en elle et elle devait trouver ce que c'était.
     
    Elle repensa à la femme qui l'avait guidé hors de l’hôpital et à la conversation qu'elles avaient eu dans la voiture.
     
    "Ton corps réagit à quelque chose que tu ne comprend pas. Quelque chose qui t'as échappé, quelque chose qui te manque pour comprendre toute l'histoire. Alors tu fais des cauchemars, des crises d'angoisse... Tu veux la vérité de ce que tu as vu il y a trois ans, Rose ?"
     
    "Tu avais oublié que c'était un monstre qui avait tué tes parents. Tu l'avais refoulé, mais ton inconscient te renvoyait la vision oublié à travers ton inconscient."
     
    Rose ferma les yeux et malgré tout son possible, ne pu penser à quelque chose qui lui échappait et qu'elle avait refoulé. La jeune fille se releva brusquement, renversant sans le vouloir le verre laissé sur la petite table, sans pour autant le casser. Puis elle se tourna vers Joke, laissant la panique percer dans sa voix et lacha :
     
    - Je suis désolée Joke, je.. J'ai mal à la tête.
     
    Sa tête lui tourna et elle cru un instant qu'elle allait vomir. Elle se calma aussitôt, comprenant enfin que c'était les derniers effets de la drogue. Ça ne lui était jamais arrivé et après s'être réveillé, elle avait cru tous les effets dissipés. A l'évidence, elle s'était trompée et les émotions retentissaient comme un brouhaha incessant sous son crane. Elle inspira profondément, se calmant peu à peu et se remémorant les derniers instants : le baiser, les émotions, le mal de tête, l'envie de vomir... Sa réaction était toutefois excessive, elle s'en rendait bien compte, mais au fond, Rose était toujours la petite fille angoissé qui avait peur du moindre pépin qui pouvait lui arriver. Elle devait vraiment paraître ridicule, mais elle ne comprenait pas pourquoi les derniers effets venaient maintenant et ne l'avaient pas prise plus tôt.
     
    Elle repensa au garçon de la veille et à son visage amical alors qu'il la droguait. Elle fut prise d'un soudain désir de vengeance qui fut intensifié et elle porta instinctivement ses mains à ses oreilles, l'effet ne se dissipant pourtant pas. Elle devait trouver un moment, ce soir sans doute, quand Joke dormirait. Un moment pour retrouver le garçon et lui faire regretter. Elle le devait pour ne pas garder une peur de plus jusqu'à la fin de sa vie... Et peut-être aussi pour avoir gâché un instant si précieux avec Joke... Elle rangea cette image dans une toute petite partie de son esprit, qu'elle pensait rouvrir plus tard. Elle revint dans le présent.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mar 13 Aoû - 12:45

    Je la regarde réfléchir, sachant bien qu'elle analyse mes pensées. D'un côté cela me gène, mais de l'autre je n'ai rien à cacher. Au moins, elle ne se fera de fausse idée. Finalement, elle se penche en avant. Sa chevelure prend tout mon champs de vision, et je peux voir chaque partie de son visage. J'aime son côté enfantin, innocence.. Chose que j'ai peu de chance à rencontrer. Ses lèvres effleurent les mienne, puis elles se joignent. Les secondes passèrent, mais j'ai eu l'impression que le temps s'était arrêté.
    Sauf que la reprise avec la réalité est violente. Je me retrouve sur le sol, Rose s'est recroquevillée, se tenant la tête entre les mains. Je reste n moment sur les fesses, essayant de comprendre. Puis je me dis que se doit être à cause de son don. Est-ce que cela à des inconvénients? Surement, et cela semble être une douleur insupportable

    Mais à la même vitesse que la crise se soit déclenchée, là voilà debout. Comme au ralentit, je vois sa main frapper le verre, qui s'écrase sur le sol. Mais il n'y a pas d'explosion.

    - Je suis désolée Joke, je.. J'ai mal à la tête.

    Je me lève moi aussi à mon tour, prenant le verre et la tasse en même temps. Tout en allant dans la cuisine je commence à me poser des questions de pourquoi son barrage avait cédé. Car je ne pense pas qu'elle passe ses journée à avoir les pensées des gens dans sa tête. Quelque chose l'a fragilisé. Je refais le tri de ce qu'il s'est passé: l'alcool c’est pas possible Pas aussi longtemps. Mais la drogue par contre...
    Je retourne vers Rose. Et je lui dis:

    -Tu devrais aller te coucher. Ou du moins te reposer. Ton corps n'a pas encore tout éliminer. Tu sais où se trouve le lit.

    En plus d'avoir essayé de la violée, ce petit con lui administre une grosse drogue vu le temps que le corps a besoin pour éliminer...
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mer 14 Aoû - 0:59

    Rose resta la. Ses bras restaient pantelant le long de son corps et elle regarda Joke se lever. Il paraissait soucieux, il cherchait à comprendre ce qui n'allait pas chez la jeune fille qui se contentait de le regarder, sachant qu'elle ne pouvait pas intervenir dans la réalité à cause des émotions du garçon car celà lui aurait parut incorrect de lui prouver qu'elle entendait tout... Joke se dirigea vers la cuisine, emportant avec lui sa tasse de café et le verre vide de Rose. Elle aurait voulu l'aider, mais elle sentait aussi la colère de l'homme, qui grandissait au fur et à mesure qu'il réfléchissait et elle n'arrivait pas à savoir si c'était à cause de sa réaction, du verre qu'elle avait fait tomber, ou d'autre chose. Elle savait seulement que c'était à cause d'elle et elle ne le supportait pas.
     
    -Tu devrais aller te coucher. Ou du moins te reposer. Ton corps n'a pas encore tout éliminer. Tu sais où se trouve le lit.
     
    Il avait les yeux rivés sur l'évier. Elle ne pouvait pas juste aller à la chambre, se coucher et fermer les yeux. Pas alors qu'il était la et qu'il paraissait etre en colère contre elle. Elle contourna la petite table du salon, entra dans la cuisine et alla se mettre derrière lui. Elle posa son front doucement sur son homoplate et soupira bruyamment.
     
    - Reste avec moi, alors.
     
    Ca lui semblait bizarre de lui demander quelque chose de cette manière. Avec ses parents, elle avait très souvent eu tout ce qu'elle désirait. A leur mort, elle avait été plongé dans un monde ou personne ne l'écoutait et ou elle devait faire exactement tout ce qu'on lui disait de faire. Il lui était arrivé de recracher des médicaments, de lutter, de supplier pour qu'on la lache. Tout ce que cela lui coutait était de se retrouver enfermer comme un simple animal. Ou comme un monstre. Le désir de vengeance n'était pas venu quand elle avait trouvé ses parents assassiné. Il avait grandit en elle comme une mauvaise plante. Un peu plus chaque jours. Sous les cauchemars, sous l'effet des médicaments et des mauvais souvenirs, de la séquestration. Rose, depuis sa sortie, était animée par la colère, le désir de vengeance et par un désir de liberté. Elle était devenue l'animal sauvage que tout le monde pensait qu'elle était, car elle souhaitait seulement tuer et survivre.
     
    Elle se tourna vers le couloir et commença à aller vers la porte de la chambre, mais sur le pas de la porte, elle s'arrêta, se tourna à demi vers le jeune homme.
     
    - Tu m'en veux, Joke ? Demanda-t-elle.
     
    Sa voix parut plus inquiète qu'elle ne l'aurait voulu. Puis, comme si cette question ne suffisait pas :
     
    - Pourquoi t'es en colère ?
     
    Elle scruta son visage, puis décida qu'elle pouvait tout lui dire.
     
    - Tu es toujours en colère, même quand tout va bien. On dirait que tu essaie de le cacher. Et il suffit d'un tout petit truc pour que je te sente lutter contre la colère.
     
    Elle ne pouvait s'empêcher de se sentir triste. Elle l'aimait beaucoup et elle comprenait ce qu'il ressentait, elle aurait seulement voulu savoir d'ou venait cette colère. Mais surtout, elle s'en méfiait. Ce sentiment pouvait faire des ravages, autant sur les corps, sur les coeurs que sur les esprits. Elle hésita, puis continua :
     
    - J'espère ne pas être la quand tu cèdera à tes émotions.
     
    Elle lui adressa un sourire d'excuse, puis fit un pas dans la chambre, attendant ses réponses et tendant l'oreille pour ne pas qu'elles lui échappent.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Sam 17 Aoû - 10:32

    Complètement plongé dans mes pensées, je sursaute légèrement lorsque la tête de Rose se pose sur l'arrière de mon épaule. Mon corps se détends légèrement. Lorsqu'elle soupire, son souffle me fait chaud sur l’homoplate. Sa voix autoritaire résonne derrière moi.

    - Reste avec moi, alors.

    Un petit sourire arrive à étirer mes lèvres. Voyant surement que je ne réagis pas, elle se détache de moi et se dirige vers la chambre. Lorsque je déplies mes doigts, ils craquent dans le silence. Je fais craquer le briquet qui se trouvait dans ma poche arrière. Par des gestes devenu automatique, j'allume une cigarette. La troisième de la journée. Ce n'est pas habituel... La voix de Rose résonne de nouveau, proche. Finalement elle n'est pas aller loin.

    - Tu m'en veux, Joke ? Sa voix est inquiète. Mais elle ne se contente pas de dire cela, et reprend.- Pourquoi t'es en colère ?

    Je ne m'attendais pas du tout à cette question. Je me tourne vers la jeune fille, un peu sonné. Mais elle ne me laisse pas répondre. Elle continue, plus sure d'elle:

    - Tu es toujours en colère, même quand tout va bien. On dirait que tu essaie de le cacher. Et il suffit d'un tout petit truc pour que je te sente lutter contre la colère.Je tire une bouffée de cigarette, préférant ne pas répondre car je sens que la jeune femme n'as pas fini. J'ai raison, car hésitante elle déclare.- J'espère ne pas être la quand tu cèdera à tes émotions.

    En posant ma cigarette dans le cendrier, me dirige vers la chambre. Je passe devant Rose, et m'assis sur le lit.

    -Non ce n'est pas toi qui m'énerve. C'est ce qui t'es arrivé.

    Je ne peux pas aller plus loin. Après tout qu'est-ce que je pourrai dire de plus? Je ne sais pas. Lentement je me laisse basculer en arrière, et je m'allonge. Fermant les yeux, je reprends:

    La colère as toujours été présente. Dans un petit coin de mon être, mais combien fois elle m'a sauvée la vie? Cela depuis le début de que j'ai des souvenirs.

    Je me tourne vers Rose. Je suis nul pour former des mots. C'est surtout que cette colère est apparu au moment où je me suis rendu compte que je n'étais pas comme les autres enfants. Que je n'ai pas de mémoire avant mon arrivé à l'orphelinat. Or j'avais dû avoir des souvenirs.... Je pose mes mains sur mon visage, respirant un grand coup.

    -Et ne t'inquiète pas. Si un jour cela pète, il ne t'arrivera rien.
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 18 Aoû - 9:51

    Joke alluma machinalement une cigarette et Rose se demanda s'il était nerveux. Elle ne percevait rien de ressemblant, mais elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi il fumait, et pourquoi autant. Il traversa la cuisine, franchit les quelques mètres qui le séparait de la jeune fille, mais il ne la toucha pas, la regarda à peine. Il entra dans la chambre, s'assit sur le lit et tourna enfin les yeux vers elle. Mais ses pupilles fuyaient le regard de Rose et elle sentait sans peine la difficulté qu'il avait à répondre et la surprise que ses paroles avaient provoqué.
     
    -Non ce n'est pas toi qui m'énerve. C'est ce qui t'es arrivé.
     
    La jeune fille sentit son coeur faire un bon en avant. Joke se laissa lentement tomber en arrière et regarda le plafond, alors qu'elle restait adossé dans l'encadrement de la porte de la chambre. Elle ne l'aurait jamais avoué, mais ce qu'il venait de dire lui faisait plaisir. Malgré tout, qu'il en parle ne l'arrangeait pas. Elle se battait intérieurement pour ne pas craquer, pour ne pas exploser de haine, de colère, de tristesse, d'incompréhension... Ce qui lui était arrivait la veille n'aurait jamais dû arriver. Elle avait eu beaucoup de chance, elle en avait conscience et c'est ce qui lui donnait l'impression d'être aussi faible. Et elle ne supportait pas cette faiblesse.
     
    - La colère a toujours été présente, continua l'homme. Un petit coin de mon être, mais combien de fois elle m'a sauvée la vie ? Cela depuis le début de que j'ai des souvenirs.
     
    Rose inspira profondement. Il confirmait ses craintes en lui avouant que la colère était omniprésente dans sa vie. Toutefois, la dernière phrase qu'il prononça figea Rose. Avait-il conscience qu'elle pouvait entendre ses émotions, mais pas ses pensées ? Savait-il que sa phrase sonnait fausse ? La jeune fille fronça légèrement les sourcils et fit un pas en avant, entrant enfin dans la pièce. Joke se redressa et la regarda, ses yeux glissant sur elle, mais ne s'arrêtant qu'au contact de ses yeux. Il passa ses mains sur son visage. Il semblait à bout de nerfs, comme si ce qu'avait dit Rose avait réveillé tous ses doutes, tous ses mauvais démons. La jeune fille se mordit nerveusement la lèvre inférieure.
     
    -Et ne t'inquiète pas. Si un jour cela pète, il ne t'arrivera rien.
     
    Rose lui offrit un sourire qui ne monta pas jusqu'à ses yeux. Elle savait que les paroles étaient une réalité indépendante du monde réel. Il aurait pu le lui promettre, qu'elle ne l'aurait pas cru. Et elle en savait quelque chose. A l'hopital, la colère l'avait mené à assomer la seule infirmière qui la respectait. Elle l'avait regretté aussitôt après, mais n'avait pas pu retenir son geste. Depuis, elle n'avait plus jamais revu la jeune femme et avait finit par croire qu'elle était aussi dangereuse que tout le monde semblait le penser. Elle savait que Joke, étant plus grand, plus fort, plus impulsif et - à l'évidence - plus violent, sur un coup de colère pourrait sans doute la tuer. Elle devait faire attention, elle le savait. Mais Joke lui inspirait tellement confiance, malgré ses tatouages, ses cicatrices et son look de bad boy, qu'elle ne parvenait pas à suivre ses propres conseils de prudence.
     
    Rose s'avança et se glissa sur le lit, restant à genoux et à une distance respectable du jeune homme. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais se ravisa aussitôt, ne sachant quoi dire. Elle se contenta de soupirer, cherchant ses mots... Puis, elle décida de parler librement :
     
    - Euh... Déjà, ce qui m'est arrivé hier, c'était un peu ma faute. Et sinon, y'a un truc que je comprend pas. T'as dit "depuis le début que tu as des souvenirs", mais ça veut rien dire du tout, à moins que tu ai oublié la première partie de ta vie, ce qui serait franchement improbable. Euh... Nan ? 
     
    Elle le regarda un instant, les sourcils fronçés, cherchant à savoir si elle avait mit le doigt sur le problème, puis décida de finir :
     
    - Et Joke... La colère se contrôle pas. Il faut seulement trouver ce qui l'anime.

    ... Mais parfois, il était impossible de faire taire cette colère et le seul remède devenait la vengeance. Rose s'y accrochait depuis un moment et la seule chose qui la poussait à avançer, à continuer à fuir, c'était ce désir du sang des familles. Ce qu'elle ne savait pas, c'était que la vengeance ne pourrait jamais ramener ses parents et qu'un fois vengée, elle serait seule et toujours triste, toujours en colère, toujours pleine de cette haine qui la bouffait de l'intérieur. Elle détourna légèrement les yeux, sachant que sa tristesse était apparente.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Lun 19 Aoû - 7:32

    Le sourire qui étire ses lèvres me parais faux. Il n'éclaire pas ses yeux sombres. D'un côté je la comprends. Qui aimerait vivre avec une bombe à retardement à côté de soi. Combien de type j'ai envoyé à l’hôpital? Et moi même? Je n'ai vraiment pas une vie saine. Mais pour hier, je pense toujours que ce n'est pas de sa faute. Elle n'avait pas de contrôle. Et puis si se n'aurait pas été elle hier, ce serait été une autre..
    Elle entre dans la pièce, je l'entends. Puis le matelas s'enfonce lorsqu'elle se monte sur le lit. Le silence se prolonge, après coupé par un profond soupir. Que veux-t-elle dire? Encore quelques secondes de réflexions, puis elle lâche.

    - Euh... Déjà, ce qui m'est arrivé hier, c'était un peu ma faute. Et sinon, y'a un truc que je comprend pas. T'as dit "depuis le début que tu as des souvenirs", mais ça veut rien dire du tout, à moins que tu ai oublié la première partie de ta vie, ce qui serait franchement improbable. Euh... Nan ?

    Je croise mes mains sous ma tête, fixant le plafond. je devine du coin de l’œil Rose à genoux sur le lit, à quelques distances du lit. Un sérénité m'envahit. Je vais pouvoir partager les pensées, les questions qui envahissent depuis quelques temps mon esprit. Avoir peut être un autre point de vue. Mais ne donnant que le côté rationnel.
    Mais le jeune fille finit par une phrase:

    - Et Joke... La colère se contrôle pas. Il faut seulement trouver ce qui l'anime.

    Je me tourne enfin vers elle, et j'ai juste le temps d'apercevoir l'éclat de tristesse qui illumine maintenant ses prunelles, avant qu'elle tourne la tête. Que lui arrive t-il? Lentement, je me fais basculer sur le côté, et appuyant ma tête sur la paume de ma main, j'attrape la sienne. J'ai besoin d'un point d'encrage dans la réalité.

    Depuis toujours j'ai cru avoir vécu dans un orphelinat de Russie. Sauf que il y a peu de temps, j'ai eu un flash. Un genre de souvenir m'est venu. Un souvenir que j'ai trouvé totalement illogique car j'avais dans les 3 ans. Or on m'a toujours dis que j'étais arrivé à l'orphelinat, j'étais un nourrisson. Et dans ce souvenir, ma mère était là... Et ces souvenirs sont devenus de plus en plus nombreux, mais pas toujours clair. Une mélodie, une odeur... Donc voilà pourquoi de plus en plus je me demande si j'ai pas une part de ma vie qui est dans l'ombre de l'oublie. Je marque une pause.Et franchement je ne sais pas vraiment ce qui l'anime cette colère..
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Lun 19 Aoû - 9:11

    Stupéfaction
     

    Rose écoutait sans bouger. L'homme semblait plus bouleversé que jamais. Ses yeux se perdaient dans le vague, évitant toujours le regard de la jeune fille. Son histoire semblait des plus improbables, pourtant tout criait en lui qu'il ne mentait pas.
    Son front était chaud et il paraissait plus fatigué que jamais. Rose voulu s'écarter, mais la main de Joke était refermée sur la sienne. Il ne savait pas ce qui était à l'origine de sa colère... La jeune fille se demandait si ça n'était pas mieux de ne pas savoir. La colère était une chose, les souvenirs en était une autre.
     
    Rose n'avait jamais pu oublier, ni même accepter. Elle n'avait jamais cessé de faire des cauchemars, mise à part les fois ou on l'avait gavé de médicaments et de somnifères. En un sens, elle était devenue folle. Peut-être pas comme l'entendait les médecins, mais la paranoia, la fatigue, la colère et la haine, la peur la rendait à la fois toujours plus forte et toujours plus vulnérable.
     
    Physiquement, la colère la rendait invulnérable. Moralement, elle était au plus bas. Bien sûr, tout n'était pas tout noir ou tout blanc. Il y avait des jours ou elle se sentait bien, mais de temps en temps, un évènement, un rêve la ramenait à la dure réalité de ses souvenirs. Et alors, tout devenait difficile à vivre.
     
    Rose tremblait si fort que même la poigne de Joke la tenait à peine. Ce genre de crise arrivait souvent lorsqu'elle vivait à l'hopital. Toutefois, depuis sa sortie, ça n'était plus arrivé. Et cette fois, aucun médicament ne pouvait la calmer. Elle gardait les yeux ouvert, pétrifiés d'horreur devant les images et les souvenirs qui lui revenaient brutalement. Elle devait lutter contre eux, sans cesse. Pour Joke, ça devait être plus simple. Pourtant, si la colère était la, c'était sans aucun doute parce qu'il avait refoulé ses souvenirs dans son inconscient. Il connaissait la vérité sur la provenance de sa colère, mais ne voulait pas l'admettre. Si seulement Rose avait pu faire ça, ça en aurait été finit des tremblements, des cauchemars, des pertes de contrôle, et de toutes ces autres réactions qui la plaçait dans la catégorie des humains "anormaux" ou "fous".
     
    La machoire de Rose claquait douloureusement et ses doigts accrochaient la peau du garçon. Elle ferma les yeux fort et pensa tant bien que mal aux émotions de Joke, aux seuls souvenirs qui lui venaient et qui n'avaient rien à voir avec ses parents. Elle s'accrocha au contact de la peau du jeune homme contre la sienne, à son baiser, au désir... Doucement, les tremblements se calmèrent. En parfaite habituée, elle sourit de façon rassurante à Joke et referma les paupières, retenant la nausée qui montait.
     
    - Parfois, c'est mieux de ne pas savoir. Dit elle doucement.
     
    Et elle savait de quoi elle parlait.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mar 20 Aoû - 0:02

    Soudain la main de Rose dans la mienne se mit à tressauter. De même pour tout son corps. Je me redresse, me mettant assis et n'ose pas tout de suite faire quelque chose. Je n'ai pas encore été confronté à ce genre de chose. On dirait une crise d'angoisse, mais à ce point là..
    Au début, la main de la jeune fille semblait glisser hors de la mienne, mais elle se resserra douloureusement autour de la mienne. Ses yeux voient des choses que elle seule voit. Mais la terreur qui y est présent m'inquiète. Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver? Mais ses paupières se ferment déjà, comme pour se concentrer. J'ai envie de la prendre dans mes bras, pour calmer ces tremblements qui la secoue. Mais je pense que c'est un de ces combats qu'elle a besoin de faire toute seule.

    Peu à peu ses spasmes s'espacent, pour ne plus exister. Ouvrant doucement les yeux, elle m'adresse un sourire rassurant. Sauf que cela ne marche pas. Mais je ne bouge pas pour autant. Fermant de nouveau les yeux, elle murmure:

    - Parfois, c'est mieux de ne pas savoir.

    Je pense qu'elle savait de quoi elle parlait. Cette crise l'atteste, car je pense que c'est à cause de ces souvenirs... Du bout des doigts je caresse le dessus de sa main, puis me remets sur le dos. Je crois qu'il ne faut pas insister pour l'instant. Je m'allonge de nouveau sur le lit, et dis:

    Tu as besoin encore de te reposer...

    Ce n'est pas un ordre, mais je pense juste que malgré l'heure qu'il est, Rose doit se coucher. Pour purger la drogue, mais aussi pour reposer son esprit..
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mar 20 Aoû - 3:35

    Couchée sur le ventre, Rose avait doucement ramené l'oreiller sous sa tête. Les yeux fermés, les lèvres entrouvertes, elle avait l'air d'une petite fille. Ou d'un ange. Pourtant, malgré l'impression qu'elle donnait, elle ne dormait pas. Elle ne pouvait tout simplement pas dormir. La nuit pour elle était un enfer, car le sommeil la rattrapait sans cesse et les cauchemars ne mettaient jamais longtemps à arriver. Alors faire semblant de dormir était plus simple. Avec l'entrainement qu'elle avait depuis ses trois ans passés à l'hopital, elle parvenait à se détendre et à faire le vide dans sa tête, si bien qu'elle finissait par avoir la sensation de ne faire qu'un avec le matelas. Puis, elle imaginait qu'elle était un objet. Elle était invisible, immobile. Elle n'était plus ni triste ni heureuse. Elle n'était plus un corps faite d'émotions. Elle était une chose inutile et ça lui plaisait.
     
    Pourtant, cette fois ci, elle ne parvenait pas à oublier la présence de Joke, tout près. Savait-il qu'elle ne dormait pas ? Non, sans doute pas. Il y avait tant de choses qu'elle ignorait de lui et qu'il ignorait d'elle. Il aurait pu être dangereux pour Rose. Mais ce que Joke ne pouvait pas savoir, était qu'elle était également dangereuse. Peut-être pas comme il l'entendait. Ils avaient tous deux des secrets qu'ils ne pouvaient pas dévoiler sous peine de nuire à leur relation. Malheureusement, tôt ou tard, tout se saurait.
     
    La lumière du soleil transperçait les fins rideaux blancs et traçait une épaisse ligne dorée à proximité du visage de Rose et le long de son dos. Son souffle était lent et régulier et une fine mèche de cheveux tombés sur son visage dansait au rythme de sa respiration. Au fur et à mesure que le temps passait, la lumière du jour déclinait et elle parvenait de mieux en mieux à construire un rempart entre ses émotions et celles du jeune homme. Petit à petit, elle sentait la drogue s'évaporer et ne lui laissant finalement plus qu'un sentiment de doute profond et insupportable.
     
    Ce qui lui était arrivé la veille n'aurait jamais dû arriver. Elle pensait... Mais si ça n'avait pas été à elle que le garçon s'en serait prit, ça aurait été à une autre fille. Une fille plus vulnérable encore, moins forte, moins habituée aux mauvaises surprises que réservaient la vie. Et cette pensée la mettait plus en colère encore. Elle pensait à ce garçon qui était dans la nature alors qu'il détruisait la jeunesse des filles, qu'il les souillaient sans pitié. Il piétinait leur fierté et leur pudeur. Il le faisait sans remord. Rose se souvenait nettement de sa mère disant à son père qu'un homme sans remord n'était pas un homme. Et elle savait pertinemment qu'un homme inhumain était irrécupérable. Pourtant, ça n'était pas pour cela qu'elle voulait le retrouver et le tuer. Ce qu'elle souhaitait faire, c'était par haine et par vengeance qu'elle le ferait. C'était égoiste de sa part, mais ça n'avait rien à voir avec les autres filles auxquelles le garçon s'en prendrait.

    Et elle n'attendait plus qu'une seule chose. Que la nuit tombe, que Joke se couche, qu'il s'endorme. Puis, elle pourrait faire ce qu'elle avait à faire. En attendant, elle devait se préparer mentalement, et dégager un plan net pour être sûre de le retrouver rapidement, avant que le jour ne se lève.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mer 21 Aoû - 18:58

    Du coin de l’œil, je vois Rose recroqueviller dans le lit. Son corps se soulevant dans une respiration lente et calme. Elle dort surement. Je me mets à regarder le plafond. Que vas t-il se passer maintenant? Demain que allons-nous faire? Va t-elle partir? Ou rester encore un peu? Mon crâne bourdonne d'une multitude de question. Toutes sans réponses. Je regarde par la fenêtre. Le soleil est encore présent, illuminant la chambre d'une lueur tamisée. Mais cela ne va pas durer encore longtemps.
    Un coup de fatigue me prends. il faudrait que j'en profite pour me reposer. Ainsi récupérer des multiples heures de sommeil que j'ai en manque. Lentement, je plonge dans le pays des rêves.

    Encore un rêve. Encore un souvenir. Il sera surement sans queue ni tête. Il se traîne à quatre pattes, ses mains sentant les irrégularités du plancher. Devant moi, deux paires de jambes. L'une avec un pantalon en jean, sombre. L'autre portant une longue jupe blanche, portant des motifs bleus, maintenant que j'y pense. On dirait un peu celle des gitanes.Je m'accroche au pantalon de jean, deux mains comme des battoirs m'attrape et me monte dans l'air. Je me retrouve contre un torse épais, sentant le tabac, ainsi que la poudre. Mais cela ne me dérange pas. Ce sont des odeurs aimées. Mais les voix des deux personnes sont inquiète pour la femme. En colère et rassurante pour l'homme. Je passe dans les bras de la femme. Odeur de fleur.Les larmes commencent déjà à me monter aux yeux.Un baiser, puis des bruit de pas qui s'éloigne. Une porte qui s'ouvre, un courant d'air puis le claquement du battant de bois. Le silence, puis une immense impression de vide. Des sanglots résonnent doucement à mon oreille.

    J'ouvre les yeux. Du dos de la main, je la passe sur mon visage. Il est mouiller. J'ai véritablement pleurer? Je me lève, me rendant compte que Rose n'est pas dans le lit. Est-ce que cela va recommencer?
    Je vais dans le salon. Personne. De même pour le salon. Je ne fouille pas le reste de l'appartement. Le silence de mort qui la envahit parle de lui même. Je souffle un coup, tout en me dirigeant vers la cuisine. Dehors le soleil est déjà haut, presque midi. Je me prépare le café. Le bruit assourdissant de la cafetière remplie un peu le silence. Elle a surement dû retourner dehors, pour aller ce promener. Comme la dernière fois, mais si il se passe comme la dernière fois? Cela peut paraître pas grand chose, mais cela peut tourner au désastre.
    Je me verse le café, le portant à mes lèvres. Je jette en même temps un coup d’œil autour de moi. Pas de mots, rien. Elle aurait pu... Je secoue la tête, reposant la tasse vide. Bon sang, ce n'est ma copine à proprement parlé. Enfin pour l'instant. Ce n'est pas ma fille ni ma sœur. Cela fait peu de temps qu'on se connait. Or je ne pense pas que je pourrais être toujours là...

    Je ne peux empêcher mon poing de venir frapper le mur en face de moi. Je pose la tasse vide dans un coin puis me dirige vers une des fenêtres du salon. Je ne sais pas où j'en suis. Je ne sais plus..
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Jeu 22 Aoû - 8:27

    Rose s'était finalement assoupit. Pas assez longtemps ou assez profondement pour faire des cauchemars, mais assez pour se réveiller alors que le soleil venait de disparaitre, laissant seulement une traine d'or dans le ciel. La jeune fille avait à peine ouvert les yeux qu'elle écoutait déjà, attentive à Joke, qui couché de l'autre côté du lit, semblait dormir. Il respirait régulièrement, sans pour autant paraître calme. Rose percevait nettement les sentiments qui le tourmentait durant son sommeil. Elle se leva doucement, pour ne pas le réveiller et se dirigea vers la fenêtre. Le village semblait s'endormir, mais cet aspect extérieur était trompeur car les jeunes commençaient à sortir et à se rejoindre en petits groupes pour aller manger, ou boire. La nuit, la ville appartenait à ceux qui la tourmentaient et d'après Rose, ils étaient plus d'un.
     
    Elle détacha son regard de la rue et fit le tour du lit sur la pointe des pieds. Le jeune homme avait l'air triste et tourmenté qu'elle connaissait si bien. Elle aurait voulu le réveiller pour l'aider à échapper à son cauchemar, mais elle ne pouvait pas. Elle avait quelque chose à faire. Quelque chose qui ne pouvait pas attendre. Elle serait revenue avant le lever du soleil et il ne remarquerait rien. Du moins elle l'espérait. Elle aurait voulu passer tendrement sa main sur son visage, mais elle ne devait prendre aucun risque. Elle savait que s'il prenait connaissance de ce qu'elle s'apprêtait à faire, il la retiendrait. Et ça ne devait pas arriver. Elle était libre comme l'air, libre comme un oiseau sauvage. Il pensait sans doute qu'elle était faible et incapable de se débrouiller seule, mais il se trompait. Il ne la connaissait pas.
     
    Ce qu'il ne savait pas, c'était qu'elle avait des épines.
     
    Elle se tourna et sortit dans le couloir, prenant bien soin de ne pas refermer la porte. Elle trouva sans peine la veste en cuir du garçon et l'enfila. Elle n'était pas si grande et elle refusait d'aller trouver son agresseurs dans les mêmes vêtements qu'il avait enlevé aisément la veille. Elle devait avoir l'air plus dure. Plus méchante. Elle alla dans la salle de bain, se regarda dans le miroir un instant, inspirant doucement. Elle passa doucement ses doigts dans ses cheveux et quand ils furent tout à fait lisses, elle les tressa rapidement. Elle refusa de se regarder une dernière fois. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine, cherchant de quoi se défendre. Elle observa les couteaux de cuisine, regrettant son canif, puis réfléchit à ce qu'elle pouvait prendre. Elle décida finalement de fourrer un torchon de cuisine dans la poche de la veste de Joke. Puis, sans trainer, elle alla enfiler ses chaussures et sortit.
     
    Dehors, l'air était si frais qu'elle regretta ses longs cheveux décoiffés autour de sa nuque.
     
    ¤ ¤ ¤
     
    Cet arbre, elle le reconnaissait sans peine. Elle s'approcha doucement et posa ses mains à plats dessus. Elle se souvenait nettement de cet endroit, de la terre à ses pieds, du caillou à un mettre de la qui faisait la taille de sa paume. Elle se figea. Il y avait une tache fonçé dans la terre. Elle s'accroupit et passa les doigts dedans. C'était du sang, bien sur. Pas le sien, ni celui de Joke. Elle se demanda dans quel état elle trouverait le garçon. Elle ramassa la pierre et la dissimula dans la deuxième poche de la veste de Joke, puis elle marcha jusqu'au restaurant. Sur le parking il y avait deux voitures. Devant la porte, elle hésita à entrer. Elle inspira profondement, ferma les yeux une seconde, puis franchit le pas. A l'intérieur, il faisait meilleur. Il y avait un couple au fond qui riaient doucement et elle sentit leur nostalgie l'envahir doucement. Que regrettaient-ils ? Elle n'en savait rien. Plus près d'elle, un homme était assit la et buvait lentement son grand verre de biere. Sa tristesse était flagrante. Elle alla droit vers la serveuse qui semblait étrangement réjouit.
     
    - Excusez moi ? Je suis venu manger ici hier soir, je ne sais pas si vous vous souvenez... Dit elle.
     
    La jeune femme la regarda à peine et répondit, tout en continuant de laver une table, pourtant parfaitement propre.
     
    - Oui, je me souviens très bien. Je peux faire quelque chose pour vous ?
     
    - Je cherche le garçon avec qui j'étais hier.
     
    - Jacob. Je le connais. Plutôt sympa comme gars... Mais si tu veux mon avis, tu devrais attendre que ce soit lui qui te trouve. Une fille doit savoir se faire attendre.
     
    Elle offrit un sourire amical à Rose qui haussa les épaules. La serveuse, comprenant que Rose n'allait pas lacher le morceau, continua :
     
    - Sinon, il s'appelle Jacob Dweight. Il vit chez son grand frère. C'est la deuxième ou troisième rue à gauche à partir de la grande rue. Normalement tu devrais pas avoir de mal à trouver. C'est petit ici... Et s'il te demande comment tu l'as trouvé, lui dis pas que c'est moi qui t'ait dit.
     
    Rose la remercia et sortit sans se presser du restaurant. Elle se demanda comment elle allait faire pour éviter son grand frère. Elle se laissa tout le temps de réfléchir, mais une fois arrivé dans la grande rue, elle n'avait toujours pas trouvé la solution à son problème. Dans la seconde rue à gauche, elle ne vit aucune boite aux lettres avec écrit "Dweight", alors elle passa directement à la troisième rue. Celle-ci était beaucoup plus petite et plus sombre. Moins jolie. Puis, elle tomba dessus. Le nom était écrit en majuscule sur une boite aux lettres grise, légèrement bancale. Trois marches montaient jusqu'à la porte d'entrée. La maison était très fine et toute en longueur. Les murs tombaient doucement en pièce. La maison était très vieille et il y aurait sans doute eu tout à refaire.
     
    Rose hésita sur les marches. Comment devait-elle s'y prendre ? C'était la première fois qu'elle venait au bout de son désir de vengeance et elle n'était pas sûre d'y arriver. Elle n'avait pas de plan. Elle n'avait rien, mise à part sa volonté. Elle refusa de trop réfléchir, préférant penser que la colère, la haine et la peur suffiraient. Elle posa la main sur la poignée et la tourna doucement, mais la porte ne s'ouvrit pas. Alors, sans hésiter, elle frappa.
     
    La porte s'ouvrit à la volée. Un homme d'une vingtaine d'année se tenait la, souriant à la jeune fille.
     
    - Salut, tu dois être une amie à Jacob ? Tu viens prendre de ses nouvelles ? Je t'ai jamais vu par ici. Tu veux entrer ? Il est à l'étage.
     
    Sa gentillesse n'était pas fainte, Rose le savait, elle avait abaissé tous les murs qui la séparait des émotions des autres.
     
    - Oui, c'est ça. Je m'appelle Sam.
     
    Elle entra et sans jeter un seul regard à la porte, se dirigea vers les escaliers et les gravit un à un. Le grand frère disparut dans le salon. Il monta le son de la télévision. Dès la première porte, Rose frappa. Personne ne répondit, alors elle frappa à la seconde. Mais elle n'attendit pas de réponse, elle entendait ses émotions et elle savait qu'il était la. Elle entra et referma la porte derrière elle, s'y appuyant doucement.
     
    - Put***, mais tu peux pas attendre que jte réponde sérieux ?!
     
    Jacob, au milieu de la chambre, se tourna vers la jeune fille et en resta bouche bée. Il la regarda de la tête au pieds. Rose savoura l'intense surprise qu'elle avait provoqué. Le visage du garçon était boursouflé autour de ses lèvres. Il avait un pansement à l'arcade et son nez était exagérément bleu. Rose fut surprise du plaisir que la vue de son visage provoqua en elle.
     
    - Bonjour, Jacob. Lacha-t-elle. Sa voix parut plus sûre encore qu'elle ne l'était vraiment.
     
    La surprise laissa place à un plaisir non dissimulé et il cracha :
     
    - T'es revenu finir ce qu'on avait commençé hier ?
     
    - Je suis venu finir ce que mon ami a commençé hier.
     
    Il n'y avait plus ni doute ni peur. Il ne restait plus que le souvenir du garçon la plaquant contre l'arbre et lu arrachant ses vêtements. Elle aurait pu avoir peur, mais la haine semblait noyer toutes les autres émotions. Et il ne restait en elle plus que le désir d'en finir. Il ne restait rien de la Rose touchée, touchante, méfiante et angoissée. C'était Sam qui parlait. Sam qui agissait. Sam qui allait se venger sans regrets. Elle mit une main dans sa poche et serra fort le caillou entre ses doigts.
     
     ¤ ¤ ¤

    Sam avait plusieurs atouts. D'abord, elle était venue d'elle même, la surprise ne l'arrêtant donc pas sur des broutilles. Ensuite, elle avait subit un entrainement intense pour faire partit des rebelles. C'était peu, car elle n'était pas restée longtemps, mais parfois, il suffisait de peu pour avoir le dessus.

    Sam reçu le coup à la machoire sans qu'elle ne puisse rien faire pour l'éviter, mais elle ne s'en formalisa pas. Elle leva le genoux et tendit la jambe avec une telle détente que le garçon alla s'étaler sur le mur d'en face. La rage qu'elle ressentait grandissait au fur et à mesure qu'elle frappait. Elle entendait les émotions de son bourreau, de sa victime et la peur qu'il ressentait la faisait frémir de plaisir. Il avait peur, comme elle avait eu peur la veille.

    Le corps du garçon s'étala par terre. La porte de la chambre s'ouvrit et le frère entra. Sam se demanda s'il ne lui arrivait jamais de dormir... Il la regarda, ses yeux passèrent lentement sur le corps de son frère et il ouvrit la bouche pour parler, mais aucun son n'en sortit.

    La colère retomba et Rose lacha la pierre de sang qu'elle tenait à la main en pensant soudain que la colère faisait souvent des miracles. Elle porta la main à son arcade pleine de sang et à sa lèvre ouverte et sentit le liquide chaud lui couler doucement sur la poigné. Le grand frère poussa un soupire et indiqua la sortie à Rose. Il ne lui en voulait pas, elle le savait. Elle sentait la tristesse et la compréhension dont il faisait preuve et à l'évidence, il savait qui était vraiment son petit frère. Le soleil se levait enfin et la peur de Jacob ainsi que la souffrance qu'il risquait d'endurer pendant un moment lui suffisaient amplement. Rose n'avait plus peur. Elle dévala les escaliers et sortie dans la rue. Elle avait un affreux mal de tête et le gout du sang dans la bouche, mais elle se sentait mieux que jamais. Elle remonta la grande rue, et se dépécha d'entrer dans l'immeuble de Joke avant que quelqu'un ne la voit dans cet état. Maintenant elle serait obligée de partir. Et vite.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Ven 23 Aoû - 4:20

    Je ne sais pas combien de temps j'ai attendu. Je tournais dans la pièce, tel un lion en cage. Le sang bouillonnant. Ok il y avait toujours la colère, mais aussi l’inquiétude. Serait-elle partit? Ou elle a des problèmes. N'étant pas divin, je n'avais pas les réponses à ces question. Je jette de nouveau un coup d’œil part la fenêtre. Rien. Seulement une foule de gens anonyme. Mais le bruit de course dans les escaliers attire mon attention. Elle se rapproche. Soudain la porte s'ouvre d'un coup. Rose est de retour.
    Elle une légère pose, je prends le temps pour l'observer. Ses cheveux tressés s'échappent un peu. Elle porte une veste en cuir. Ma veste en cuir. Cela aurait pu me faire sourire, si le sang ne coulait pas sur son visage. Je fronce les sourcils. Qu'elle a fait? Mais je n'ai pas le temps de dire quoi que se soit, de faire un seul mouvement. Déjà elle se rue vers la chambre.

    Quelque chose dans son regard me dit que tout va bientôt prendre fin. La tranquillité prend fin. Je sers mes poings, puis me dirige, le plus calmement possible, derrière la jeune fille. Avant qu'elle s'enferme dans la salle de bain, ma main se referme sur son bras. En douceur. Et ceci par je ne sais pas par quel miracle... Lentement je l'attire vers moi, et lève son visage vers moi. Pendant quelques secondes, j'observe ses blessures. Du bout du doigt, je les effleure.
    Je ne préfère rien dire. Rien demander. Peut être seulement pour le moment. Doucement je la fait asseoir sur une basse commode.

    -Ne bouge pas.. murmure-je

    Je me tourne vers le placard, l'ouvrant et y sort un nécessaire de soins. Puis un gant. Délicatement je passe le tissus sur le visage de Rose, après l'avoir mouillé. Le silence nous enveloppe, mais je ne saurai pas dire si il est pesant. En tout cas, je suis plus calme que quelque minutes avant l'arrivée de la jeune fille. Pratiquant des gestes que j'ai fait des multitudes de fois, sur mon propre visage. Désinfection, poser de fins pansements.. Occuper mes mains, les empêche de trembler....
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Ven 23 Aoû - 9:56

    Rose dévala les escaliers quatre à quatre. Elle n'avait pas le temps de se poser mille et une questions. Elle ouvrit la porte de l'appartement et se jeta à l'intérieur. Joke eétait la, il la regardait comme si elle sortait tout droit d'un rêve (ou d'un cauchemar), la détaillant de la tête au pieds, comme pour voir ce qui avait changé en elle et sur elle. Il s'attarda longuement sur son visage de sang. La couleur rouge faisait ressortir ses yeux sombres et sa peau pale. Elle n'avait plus l'air d'un ange, mais plutôt d'un mauvais démon. Elle ne s'en rendait pas compte. Elle ne souhaitait qu'une seule chose : effacer toute trace du passage de Sam de son visage et échapper au regard meurtrit de l'homme qui s'était - à l'évidence - beaucoup inquiété.
     
    Voulant lui échapper avant qu'il ne lui pose toutes les questions auxquelles elle ne voulait pas répondre, elle se rua vers la chambre, mais n'y voyant rien d'utile qu'elle pourrait utiliser pour essuyer son visage, elle fit demi tour pour se diriger vers la salle de bain, mais... C'était trop tard. Joke avait refermé sa main autour du bras de Rose et l'attirait doucement, mais surement, vers lui. Il la fit assoir, ne disant toujours rien. Son silence était d'autant plus inquiétant. Etait-il en colère ? Rose se refusait à briser à nouveau le mur qui la séparait de lui. Au fond, elle avait peur de ce qu'il pouvait penser et ressentir. Peur de ce qu'elle pourrait entendre de déplaisant.
     
    Il la lacha, alla à la salle de bain et revint avec un torchon humide et leva le visage de la jeune fille vers lui. Elle le laissa l'observer sans protester, suivant son regard qui se balladait le long de son front, se figeait de temps en temps sur son arcade, sur sa lèvre. Elle sentait son souffle, régulier mais insistant et perturbé, et si elle n'avait pas eu si mal à la lèvre, elle se serait sans aucuns doutes hissé sur la pointe des pieds pour l'embrasser le plus doucement et le plus tendrement qu'elle l'aurait pu. Le fait qu'il s'occupe d'elle la rassurait. Il avait l'air si adorable, si parfait... Rose baissa la tête vers le sol, le laissant effacer toute trace de sang de son visage sans oser le regarder dans les yeux. Il était doux, attentif, et il avait l'air d'avoir l'habitude de ces gestes, mais elle ne pu se retenir de grimacer à chaque fois qu'il passait sur ses plaies ouvertes. Elle n'en avait que deux, mais Jacob avait le chic pour frapper fort et plusieurs fois au même endroit. Elle se souvenait nettement du premier coup, qui l'avait littéralement assomé. Elle s'était écroulé sur le lit, en avait prit un deuxième qui lui avait ouvert l'arcade. Elle avait sentit le sang dégouliner sur sa paupière gauche. Il avait frappé encore. Elle s'était défendu tant bien que mal, le repoussant de toutes ses forces. Il était revenu à la charge. Elle s'était sentit désemparé dès le premier coup. Sa lèvre avec explosé, le goût de sang envahissant sa bouche et l'odeur, prenante, lui donnait des hauts le coeur. Elle s'était jeté sur lui.
     
    Joke faisait attention, mais quand il passa le plus doucement qu'il le pu sur sa lèvre, Rose serra les dents et se recula brusquement, le repoussant gentiment mais fermement et rejetant sa tête sur le côté pour qu'il ne puisse plus l'atteindre. Il lui avait bien dit de ne pas bouger, mais ses lèvres lançait si fort qu'elle ne supportait pas même le contact du tissus froid. Sans trop oser bouger les lèvres, elle dit :
     
    - Désolé, mais ça fait mal. Tu sais, je peux le faire seule...
     
    Elle avança la main droite vers le visage du jeune homme et passa délicatement ses doigts le long de sa joue, comme elle avait voulu le faire le soir même, alors qu'il dormait tranquillement. Il avait sérieusement l'air dérangé, mais il lui plaisait tellement ! Elle lui offrit un sourire faible qui se termina en grimace de douleur et elle murmura le plus tendrement qu'elle le pu :
     
    - Merci Joke.
     
    Des arcs de cercles mauves se dessinaient sous ses yeux gonflés de fatigue, mais elle se sentait mieux que jamais. Elle n'avait plus peur. Pas de Jacob en tous cas. Et surtout, malgré le piteus état dans lequel elle se trouvait, elle se sentait belle aux yeux de Joke. Ce n'était peut-être pas ce qu'il pensait vraiment d'elle, mais elle s'en fichait. Avec lui, elle se sentait meilleure. C'était sans doute parce qu'elle savait qu'entre les deux, c'était lui le méchant. Mais surtout, elle se rendait compte qu'être humain, c'était avant tout être à la fois un héros, et être méchant. Et cette nuit la, pour la première fois, elle avait pu devenir humaine. Autant que Joke l'était, en tous cas.
     
    - Pas seulement parce que tu t'occupe de moi, mais pour la bonne raclée que t'as mit à Jacob l'autre soir.
     
    Cette fois-ci, son sourire atteignit ses yeux, mais fut de courte durée car elle fut prise d'une quinte de toux. Elle releva les yeux vers lui. Ses pupilles brillantes et brulante de sincérité se plantèrent comme des flèches dans le regard de Joke.
     
    - Je crois que je pourrais jamais te remercier assez. T'es un type bien, Joke. Fais en sorte de pas changer, ce serait dommage...
     
    Elle tourna enfin la tête vers lui et lui lacha le poigné, lui indiquant ainsi qu'il pouvait continuer et qu'elle ne le morderait pas s'il lui faisait mal...
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 25 Aoû - 9:23

    Je vois bien les grimaces de douleurs qui tordent par moment le visage de Rose. Et je la comprend. Ce genre de coupures sont à fleur de peau, donc pas très grave, mais assez douloureuses. J'essaye malgré tout de faire ceci le plus doucement possible. Mais alors que je m'approche de sa lèvre, sa main se referme sur mon poignet. Je ne bouge plus, la regardant détourner la tête. Donnant plus de force à son refus.

    - Désolé, mais ça fait mal. Tu sais, je peux le faire seule...

    Un sourire ironique vient étirer mes lèvres. J'en doute fort.. Mais lorsque ses doigts viennent effleurer ma peau, mon sourire fond sous cette caresse. Le sourire qu'elle essaye de mettre sur ses lèvres, se meurent dans une grimace de douleur. Je compatis, combien de fois j'ai eu l'impression que ma lèvre n'était qu'un morceau de chair? Envoyant des ondes de douleur à chaque frémissement.. Mais la note tendre qui habitent ses mots, qui s'échappe de ses lèvres me ramène à la réalité.

    - Merci Joke. Pas seulement parce que tu t'occupe de moi, mais pour la bonne raclée que t'as mit à Jacob l'autre soir.

    Un sourire vient illuminer ses yeux. Il existe des choses qui font l'effet d'un rayon de soleil qui percent les nuages. A cet instant, les yeux sombres, brillant me font cet effet là. Cela chasse toutes les questions qui me traversaient l'esprit quelques minutes avant. Mais ce soleil disparait à cause d'une quinte de toux qui pli presque Rose en deux. Est-elle tombée malade? Mais mes yeux, mon esprit est happé par les yeux de la jeune fille lorsqu'elle se redresse.

    - Je crois que je pourrais jamais te remercier assez. T'es un type bien, Joke. Fais en sorte de pas changer, ce serait dommage...

    Finalement ses doigts se détachent de mon poignet, me libérant. Puis elle s'avance un peu plus, me permettant d'atteindre de nouveau son visage. Je pose la serviette dans un coin, et ne la quittant pas des yeux je dis:

    -Tu n'as pas à me remercier. Tout ce que je souhaite c'est que tu puisse vivre libre, et en sécurité. Ceci est quelque chose qui récompenserai tout ce que j'ai fait. Pour le moment. Et je ne pense pas changer avant un moment, mon caractère et mon mode de vie est trop ancré en moi..

    Délicatement, je pose ma main vers le bas de son visage. Enveloppant ainsi sa mâchoire et son cou. J'attrape de l'autre main le coton imbibé de désinfectant. Malheureusement pour elle, pas du non-piquant. M'approchant, je murmure:

    Désolé...

    Et vivement, je pose le coton sur la lèvre. Quelques secondes, puis sur l'arcade. Je devine très bien la sensation qui envahit le visage de Rose. Un brulure impressionnante pour une surface aussi petite. Délicatement, je mets un pansement sur l'arcade. Mais pour la lèvre.. Je n'ai pas grand chose.
    Une question, une possibilité de ce qui va se passer par la suite vient effleurer mon esprit. Et vu ce qui c'est passé aujourd'hui, je ne sais plus si cela me parait toujours aussi impossible. Du pouce, je passe ces cernes du doigt. C'est la première fois que je ne vois pas une fille avec indifférence. Pas que je ne m'intéresse pas aux filles. C'est juste que vu le genre qui traine vers le gang, il vaut mieux pas s'y attacher. Et puis ce ne sont que des coques vident pour moi. Juste bon à passer du bon temps, et elles même demandent la même chose..
    Rose n'est pas du tout la même chose.
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 25 Aoû - 11:09

    -Tu n'as pas à me remercier. Tout ce que je souhaite c'est que tu puisse vivre libre, et en sécurité. Ceci est quelque chose qui récompenserai tout ce que j'ai fait. Pour le moment. Et je ne pense pas changer avant un moment, mon caractère et mon mode de vie est trop ancré en moi..
     
    Rose fronca des sourcils. Elle réfléchit sans bruit à ce qu'il venait de dire et à ce que cela signifiait.
     
    Liberté. Etait-ce un état d'esprit ? Un fait ? Etait-ce seulement ne pas être esclave ? Rose connaissait le sens du mot, sans vraiment le comprendre. Elle s'était souvent demandé si elle était libre, mais elle s'était toujours arrêté à la simple constatation qu'elle était forçée de fuir. Elle ne souhaitait à personne de vivre ainsi, d'être privée d'identité, d'être pourchassé comme un animal sauvage et d'être traitée comme une enfant sans sens moral. Elle ne souhaitait à personne d'être rongé par le désir de vengeance, par la tristesse et la haine. Alors non, elle ne se sentait pas libre.
    Et la sécurité ? Elle n'avait ni chez soi, ni famille. Elle avait manqué de peu de se faire agresser la veille. Pourtant, dans l'instant présent, elle se sentait protégé.
     
    Après reflexion, elle se rendait compte que Joke veillait sur elle pour une raison qu'elle ignorait... Ou sans raison. Elle avait beau essayer, elle ne parvenait pas à le comprendre. Pourquoi se souciait-il d'elle ? Elle n'avait rien fait pour mériter son attention, et il souhaitait pour elle ce qu'on désirait pour soi. La liberté et la sécurité étaient deux mots qui voulaient dire une seule chose : Une vie normale. Une vie sereine. Une vie paisible. Il souhaitait qu'elle puisse s'installer dans un endroit qui deviendrait Sa maison, sans inquiétudes. Sans contraintes.
     
    Qui était-il pour lui faire comprendre aussi clairement ce qu'il souhaitait pour elle ? A l'évidence, ce n'était pas ce qu'il souhaitait à tout le monde, mais il ne la connaissait pas. Comment pouvait-il savoir si elle en valait la peine ?
     
    - Désolé...
     
    Le chiffon posé sur sa lèvre la ramena brutalement à la réalité. L'odeur était forte, le gout également. Le produit semblait entrer par la plaie et se propager sous sa peau dans la moitié de son visage. Comment une blessure aussi mince pouvait-elle faire aussi mal ? Joke posa le chiffon sur son arcade. Rose ferma les yeux et laissa son visage prendre feu sans bouger. Elle savait que le produit brulait toute trace de mauvaise bactérie et elle acceptait la douleur tant qu'elle était sûre que c'était pour son bien. Elle esperait ne pas garder de cicatrices, mais n'osa pas poser la question à Joke. Finalement, peut-être que les cicatrices lui donneraient l'air moins vulnérable.
     
    Rose leva les yeux vers Joke et soudain, une émotion lui apparut clairement. Une émotion qui n'était pas la sienne, mais qui n'avait pas fait exploser son rempart entre elle et le jeune homme. Cela ne lui était encore arrivé et elle restait la, pantelante, à se demander d'ou cette émotion pouvait bien venir.  Puis, elle comprit.
     
    Le sentiment était relié à elle par un fil invisible qui transperçait son rempart sans pour autant le briser. C'était un fil bien visible qui n'existait que parce que Joke l'autorisait à passer. Quelque chose qu'il partageait avec elle. Jamais elle n'avait sentit une émotion telle que celle-ci. Une émotion qui était à la fois question, inquiétude, attention et désarrois. Elle était différente. Ca n'était pas seulement un fait réel. C'était un fait dans le coeur de Joke. Il le savait, ou s'en rendait tout juste compte et Rose, touchée, le regardait sans pouvoir dire le moindre mot. Elle aurait seulement voulu lui rendre son sentiment. Lui montrer qu'il était aussi spécial à ses yeux qu'elle-même pour lui. Mais elle ne pouvait pas.
     
    Elle ne pouvait pas se lançer dans leur histoire, tout simplement parce que Joke ne savait pas à qui il avait à faire. Rose faisait partie des rebelles. Il ne savait sans doute même pas ce que celà signifiait. Et si elle restait avec lui, il découvrirait tôt ou tard qu'elle était entraînée pour tuer. Et malgré son passé, malgré ce qu'il était, il ne l'accepterait sans doute pas.
     
    Rose baissa les yeux.
     
    - Je dois partir. Je me suis déjà trop fait remarqué dans cette ville. Je ne dois pas m'attarder plus longtemps Joke.
     
    Elle laissa Sam - la Rose pleine de haine et de colère - faire surface, pour pouvoir noyer les sentiments qu'elle ressentait et qui ne rendrait les séparations que plus difficiles. Elle devait partir. Vite. Mais elle n'arrivait pas à se résoudre à faire ses adieux au seul homme qui la protègerait sans regrets.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mar 27 Aoû - 6:01

    Elle me fixe, aussi plongée dans ses pensées, que je suis dans les miennes. Mais j'ai un mauvais pressentiment. Rose baisse les yeux, déclarant les mots que je redoutais, mais que j'attendais.

    - Je dois partir. Je me suis déjà trop fait remarqué dans cette ville. Je ne dois pas m'attarder plus longtemps Joke.

    Je ne peux pas retenir le sourire qui vient étirer mes lèvres. Pourquoi je souris? Alors que mon visage devrait se tordre de tristesse? Pas qu'elle soit inexistante. Juste que mon corps est trop habituer à ce que je cache mes émotions. Sans un mot, je me détourne de la jeune fille, rangeant ce que j'ai sorti pour prendre soin d'elle.
    Mais je marque un temps un temps d'arrêt posant mes mains sur le bord du lavabo.

    Je comprends, et je ne peux pas te retenir. Et puis tu as raison, il ne faudrait pas que tous tes efforts soient réduits à néant.

    Je réfléchis quelques instants à mes paroles. Si je pourrais la retenir, mais cela bousillerai tout ce qu'on a créé en si peut. Et cela la mettrai en danger. Or je ne veux pas ceci.

    Et puis, j'irai prendre la commande, la raison pourquoi je me retrouve ici. Et je rentrerai après en Russie.

    Je ne doute pas que en disant ses mots, Rose peut le prendre très mal. Mais c'est tout ce que j'ai à faire maintenant. Je n'aime pas cacher des choses, je suis franc. Malgré que souvent ce n'est pas un bonne idée. Je tourne vers la jeune fille, remplissant de nouveau mes yeux de sa personne. Très sérieux, je suis dis:

    -Part contre, tu n'iras nul part sans t'avoir reposer, vraiment. Pas de cavale cette fois-ci. Ensuite ce sera à toi de me dire comment tu veux partir. Si tu veux de l'aide pour un moyen de transport, ou si tu veux te débrouiller.. Bref, ce sera à toi de décider.Je me radoucis.Tu ne me refuseras pas un dernier repas en ta compagnie?
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Jeu 29 Aoû - 3:49

    Rose sourit tendrement. Elle laissa le regard océan du jeune homme s'attarder longuement sur elle, ne détournant délibérement pas le sien. Son sourire était fein et même s'il avait de l'expérience, il ne pouvait rien cacher à la jeune femme. Aucun de ses gestes ne lui échappaient, aucune de ses expressions. Elle buvait chacun de ses mouvements, chacune de ses paroles et plus elle apprenait à le connaitre, plus elle l'appréciait. En général c'était l'inverse. Elle captait sans peine les défauts des gens. Chez Joke, seule son humanité ressortait. Il n'était ni méchant, ni gentil. Il était le juste milieu. Il était humain. Il était plus sensible que la plupart des gens, même s'il ne l'admettrait sans doute jamais.
     
    Penché au dessus du lavabo, il marqua une pause, la regarda du coin de l'oeil à travers le miroir. Ses épaules fines ressortaient et Rose suivit du regard les courbes de ses muscles que son t-shirt moulait si bien. Il etait si beau, qu'elle avait du mal à respirer normalement. Les battements de son coeur lui échappa un peu plus quand il baissa les yeux vers le lavabo. Ses cheveux, ses yeux magnifiques, ses muscles, son visage étonnemment dur, ses cicatrices, son drole de tatouage au coude... Elle détourna brusquement le regard, tentant veinement de respirer le plus régulièrement et le plus naturellement possible. Elle repensa à son baiser qui lui semblait de plus en plus irréel avec le temps. Elle ne devait pas s'approcher de lui. Elle devait garder ses distances pour éviter des séparations trop difficiles. Elle devait oublier toute cette histoire. Mais le corps de Joke l'appellait, inlassablement. Elle avait besoin de ce contact doux et franc. Doux et vrai. Elle s'approcha et vint coller son front contre les muscles du dos du garçon... Ceux qu'elle aimait tant. Elle passa doucement ses mains sur ses flancs et les laissa glisser jusqu'à l'entourrer entièrement.
     
    Son corps chaud sous ses doigts lui paraissait déjà si familier qu'elle faisait tous les efforts possibles pour ne pas penser qu'elle ne ressentirait sans doute plus jamais ce contact si parfait. Elle ravala difficilement la boule qu'elle avait dans la gorge et qui l'empêchait de parler et elle dit enfin :
     
    - Je crois que je ne peux rien te refuser... Si c'est toi qui cuisine !
     
    Elle releva la tête, posa son menton sur l'épaule du garçon, et lui sourit à travers le miroir. Les sourcils relevés de Joke lui donnaient un air de mannequin. Il était loin de parfait. Il était simplement différent, plaisant, protecteur. Il était sincère. C'était une qualité dont très peu d'hommes disposaient.
     
    - Joke ? Et si je te dis que je reviendrais ici même dans... Disons deux mois, tu crois... Que tu pourrais être la ?
     
    Ses yeux, pourtant si sombres, semblaient tellement plus clairs une fois embués de larmes. Elle aurait voulu qu'il vienne. Elle aurait voulu qu'il ne la quitte jamais. Mais ses parents lui avaient répétés des centaines de fois qu'on obtenait pas toujours ce que l'on désirait. Elle soupira doucement.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Mar 3 Sep - 1:23

    Je remarque bien le regard de Rose, mais je ne laisse rien apparaitre. Cela me fait plaisir, malgré notre proche "séparation". Sans bruit, je la discerne qui s'approche. Mes yeux se ferment lorsque je sens sa tête qui se loge contre mon dos. Son souffle vient chauffer ma peau, malgré le tissus. Je ne bouge pas lorsque ses mains viennent glisser le long de mes côtes. Un frisson me parcourt, une envie de la prendre dans mes bras vient torturer mes muscles. Mais je me retiens. Finalement ses bras viennent se refermer autour de l'intégralité de mon buste.
    La voix de la jeune fille me fait ouvrir les yeux. Son souffle effleure mon dos alors que les mots remplissent le silence qui avait envahit les lieux.

    - Je crois que je ne peux rien te refuser... Si c'est toi qui cuisine

    J'offre un sourire amusé à Rose alors qu'elle a mit sa tête sur mon épaule. Elle me sourit, utilisant le miroir. Ce genre d'objet m'a toujours été utile.. Quelque soit la situation. Délicatement, je pose mes mains sur les siennes. Cette fois-ci lorsqu'elle parle, son souffle effleure la peau de mon cou. Sa voix qui me semble à cet instant une chanson, résonne à mon oreille.

    -Joke ? Et si je te dis que je reviendrais ici même dans... Disons deux mois, tu crois... Que tu pourrais être la ?

    Pendant un bref instant, je resserre mes doigts sur ceux de Rose. Revenir ici. Nous revoir, des retrouvailles. Presque un rêve. Mais après veut-elle dire ce retrouver ici? Dans cet appartement? Ou quelque part dans ce pays.. Car mes réponses peuvent être totalement différentes pour chaque question.
    Lentement je détache les doigts de Rose, et me tourne vers elle. Je lui offre un sourire tendre, alors que du bout des doigts j'effleure sa mâchoire.

    Si tu reviens dans deux mois, j'essaierai de venir. Tu peux être sure que cette date est à cet instant, marqué en rouge dans mon crâne. On peut se dire dans deux moi, vers le banc qui se trouve en face de cet immeuble... Dans la matinée, quand dis-tu?

    La fixant, j'observe ces yeux si sombres. Si mystérieux, cachant milles secrets, que je ne découvrirai pas tout de suite. On a tout le temps. J'ai préféré être franc, après tout je ne peux pas savoir ce qui va bien pouvoir me réserver la vie...
    Répondant à l'envie qui me hante la tête depuis plusieurs minutes. Délicatement je pose un baiser sur les lèvres de celle qui habite maintenant mon cœur, hantant mon âme. Les secondes s'égrènent, puis je me redresse.

    -Des pâtes et du poisson sauce crème ça te va?
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Sam 7 Sep - 9:38

    Rose lui sourit à travers le miroir. Il avait rangé tous les produits qu'il avait sortit pour nettoyer les blessures causés par sa propre imprudence. Son visage la brûlait toujours, mais elle y pensait à peine tant que son regard restait fixé sur celui du garçon. Malgré son physique peu commun et peu rassurant, il avait l'air incroyablement tendre et c'était d'autant plus surprenant car il semblait ne pas remarquer les mauvaises plaies qu'elle avait sur le visage. Elle se sentait bien avec lui qui ignorait tous ses défauts... Pour le moment, du moins. Car elle avait décidé de le revoir et cela impliquait aussi qu'il apprendrait plus d'elle. Toutefois, le risque lui paraissait trop minime pour qu'elle s'en soucis plus que cela. En réalité, elle avait espéré qu'il accepterait de la revoir et elle ne pu retenir une mimique de satisfaction quand il lui dit qu'il essaierait.

    - Je serais la. Lacha-t-elle.

    Elle s'abstint de préciser qu'elle serait la quelle que soit l'heure et qu'elle y resterait plus d'une journée s'il le fallait. Elle ne parvenait pas à connaitre ses sentiments avec précision, mais elle guettait les siennes. Sa curiosité dépassait de loin le respect des autres qui la poussait à ne pas les espionner. Et elle savait, ainsi, qu'elle était la seule fille a vraiment compter. Ses sentiments, bien que encore flous et ambiguë, paraissaient plus sûrs que ceux de Rose.

    Elle le laissa passer ses mains sur les siennes et jeta un coup d'oeil par dessus l'épaule de son ami pour voir quel genre de couple ils feraient si cela était seulement possible. Et son regard s'adoucit en voyant les deux jeunes gens dans le miroirs. Ils paraissaient à la fois si différents et si parfaits. Ca n'était peut-être qu'une impression, mais ils avaient l'air des deux amants maudits que l'on trouvait dans les romans d'adolescentes.


    Joke se tourne sans gestes brusques et penche doucement la tete sur le côté, vers la jeune fille. Ses lèvres se posent doucement sur les siennes, les effleure si tendrement qu'elle sent à peine la blessure causé par le poing de son agresseur de la veille. Rose ferma les yeux et profita de ce petit instant de bonheur, alors qu'il se redressait déjà pour lui demander :

    -Des pâtes et du poisson sauce crème ça te va?

    Elle acquiesça sans bruit et rouvrit les yeux. Elle mit un temps pour enfin se détacher de son regard et elle sortit de la salle de bain pour se diriger vers la cuisine. Elle ouvrit un placard et tomba sur les assiettes qu'elle sortit et plaça sur la table, l'une en face de l'autre, puis elle se  mit à la recherche des couverts.

    Elle ne savait plus ni quoi dire, ni quoi faire pour ne pas être trop mal à l'aise en présence de ce nouveau garçon qu'elle appréciait tant et qu'elle était déjà si triste de quitter. En réalité, elle ne souhaitait pas partir. Si elle avait seulement pu, si ça n'avait pas été aussi dangereux, elle serait partie avec lui. Elle serait peut-être officiellement devenue sa petite amie et elle aurait été si fiere et si heureuse. Elle n'aurait plus jamais ressentie la solitude qui habitait depuis des années ses jours et ses nuits. Mais quelque part, elle aimait trop le jeune homme pour se permettre de le mettre en danger et son désir de vengeance grandissait chaque jours. Elle devait l'assouvir rapidement. Elle ne savait pas comment trouver les membres des familles, mais elle savait que ça ne serait sans doute pas en le suivant.

    Elle poussa un soupire en trouvant les couverts.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Sam 5 Oct - 6:42

    Je reste un instant dans la salle de bain, la regardant disparaitre dans le couloir. Dans un soupir, je passe une main sur mon crâne. Je ressens les cheveux tondus qui accroche mes doigts, ainsi que mes cheveux abimés par les couleurs répétitives. D'ailleurs quand j'y pense, il faut que ce soir après manger je me passe un coup de tondeuse. Mais bon, on verra plus tard.
    Après avoir éteins la lumière, je me dirige à mon tour en direction de la cuisine. Rose y est déjà fouillant dans les armoires. Et elle a l'air de bien se débrouiller. Dans un bref sourire, je me rapproche de la plaque de gaz. Dans un fracas métallique, et quelques mouvements je sors le poisson du frigo, les pates et le tout pour les faire cuire. Honnêtement, je n'ai pas souvent préparer de plats moi même. Manque de temps, d'envie et d'appétit. Mais le plus étrange dans tout ceci, c'est que lorsque cela m'arrive de faire des plats un peu recherchés, c'est par total instinct que je cuisine. Les gestes, les choses qui faut faire me viennent peu à peu. Et plus j'y pense, plus je me dis que cela a peut être un rapport avec mon enfance flou...

    Le poisson crépite doucement dans la poêle, que je surveille avec attention. Mais de temps en temps je jette quand même un coup d'œil aux pâtes qui cuisent doucement un peu plus loin. L'odeur de la nourriture emplit peu à peu mon nez. D'un geste sure je verse la crème, en quantité généreuse, sur le poisson. L'odeur délicieuse fait grogner mon estomac. Quelques instants plus tard, je me tourne vers Rose, une cuillère à la main:

    -Goûte, et dis moi ce que tu pense de ça. Puis je retourne à mes fourneaux. Mais je déclare sans me retourner.Tu ferais mieux de t'assoir cela va être prêt.

    Posant la cuillère, je verse les pates dans une passoire. Un nuage de vapeur envahit un instant ma vision. Prenant l'assiette de la jeune fille, j'y mets des pates, puis le poisson tout juste sortit de la poêle, sans oublier la sauce recouvrant le tout. Doucement, je pose l'assiette devant elle.

    Mademoiselle est servie!
    Revenir en haut Aller en bas
    Rose Samuels
    Rebelle
    Rebelle
    avatar

    Messages : 86

    Feuille de Personnage
    Age: 18 ans
    Famille/Clan: Rebelle
    Nationalité: Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Dim 27 Oct - 7:56

    La table en bois était couverte d'une nappe de plastique transparent et les assiettes donnaient une touche de couleur à la pièce qui semblait si triste. Le sourire de Joke faisait un peu le même effet. Il avait l'air de tout prendre à la légère, mais Rose savait que ça n'était qu'une image. Elle était aux aguets, percevait le moindre changement dans l’État d'esprit du jeune homme. Mais il était plutôt stable. Pendant des mois elle avait été incapable de se couper des émotions des autres et elle avait entendu tant de choses différentes, ressentie tant d'émotions de façon rapide et successive et Joke était l'une des personnes les plus stables qu'elle ait rencontré. Du moins d'après ce qu'elle en savait, car elle avait longtemps lutté contre la curiosité pour savoir qui était vraiment Joke.

    Ca sentait le poisson et il faisait trop frais dehors pour ouvrir les fenêtres. Mais Rose était trop peu superficielle pour se soucier de l'odeur qu'elle aurait en sortant de l'apartement. En réalité, si le prix à payer pour rester avec Joke encore quelques jours était de sentir le poisson pour le restant de ses jours, elle l'aurait payé. Non, elle ne tombait pas vraiment amoureuse de lui, malgré ce qu'elle pensait. Elle était juste une fille normale qui avait rencontré un type qui lui plaisait et qui lui avait sauvé la vie.

    Les filles sont toutes comme ça. Malgré ce qu'elles en diront, elles cherchent sans cesse "l'Homme de leur vie", celui dont elles ne se lasseront jamais et qu'elles aimeront toujours aussi fort. Mais pour cela, il faut qu'il soit beau, gentil, attentionné, affectueux sans être étouffant, qu'il soit courageux, qu'il ait un fond de mauvais garçon, mais qu'il l'utilise pour la protéger. Bref, les filles sont capricieuses. Elles en veulent toujours plus, et ne savent jamais quand s'arrêter d'exiger. Mais Rose, si elle était comme toutes les filles, se fichait pas mal que Joke ait toutes les qualités normalement exigés. La seule chose qui l'attirait inlassablement, c'était qu'il faisait fuir sa solitude.

    Oh, bien sur, ses épaules, ses lèvres, son regard d'un bleu bluffant, son odeur, son sourire, son côté malfaisant et à la fois tellement bon... Tout ça lui plaisait. Mais il aurait été différent et il lui aurait donné ce qui lui manquait le plus, elle l'aurait accepté. Sans doute serait elle plus exigente avec le prochain, sachant qu'elle avait mit la barre très haut pour une première expérience...

    - Mademoiselle est servie !

    Rose leva les yeux vers lui et elle sentit son coeur se gonfler dans sa poitrine. Meme sa voix lui semblait parfaite. Si elle avait lu twilight elle l'aurait sans doute comparé à l'unes de ces créatures de la nuit qui envoutent leur victime pour l'attirer entre leurs cros plus facilement. Sauf qu'il n'avait aucune mauvaises intentions à son égard. Et si elle souffrirait peut-être plus tard de son absence, il ne l'aurait pas fait volontairement.

    Elle posa doucement sa main sur celle du garçon et sentit un frisson lui parcourir l'échine. Puis, pensant soudain qu'il la trouverait bizarre de le dévisager comme elle le faisait, elle le lacha brusquement et prit sa fourchette. Son visage brulait des coups qu'elle avait prit, mais elle se sentait bien. Dans son sang coulait le doux réconfort de la vengeance et elle savourait pleinement cette première victoire sur elle même. Elle se sentait forte, incroyablement forte ! Elle aimait la vengeance. Elle se souvenait de ses parents lui répétant sans cesse que la vengeance était mal, mais que la justice était bonne. Mais comment quelque chose de mal pouvait faire tant de bien ? Peut-être que c'était comme une drogue, qu'une fois qu'on y avait gouté, on ne pouvait plus s'arrêter. Mais s'il y avait eu une justice dans ce monde, elle aurait agit. Or ça n'était jamais arrivé, au contraire.

    "On récolte ce que l'on sème", dit on. Or, les membres des familles n'avaient pas encore payé pour ce qu'ils avaient fait à ses parents adoptifs. Et elle ne se considérait en aucun cas comme une justicière, car elle savait qu'elle agissait pour elle et pour personne d'autre. Mais comment ne pas mal tourner quand la vie s'était activé à lui faire payer quelque chose qu'elle n'avait pas commit ?

    La douleur sur ses lèvres était cuisante, mais elle lui rappelait sa force, son exploit, sa victoire, sa vengeance. Et cette douleur la lui faisait du bien. Même le poisson de Joke n'avait pas meilleur gout. Pourtant, elle se tourna vers lui et lacha :

    - Tu n'as jamais pensé à être cuisinier ?

    Elle lui offrir son plus beau sourire, puis finit son assiette en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "ouf".

    - Joke, je dois y aller. Je sais que je suis brusque et que je ne dois pas te faire bonne impression mais moi aussi j'ai du travail et je ne pense pas que ce soit en restant ici que j'aurais ce que je veux. Est-ce que tu... Aurais un numéro ? D'après les quelques films que j'ai regardé, c'est plutôt toi qui devrait demander, mais j'ai perdu mon dernier telephone...

    Elle lacha un petit rire qui sonnait faux et baissa les yeux vers son assiette vide et se concentra pour couper court aux émotions du jeune homme qu'elle ne souhaitait pas connaitre. Plus maintenant, alors qu'elle allait le laisser la.
    Revenir en haut Aller en bas
    Joke-Alan Varlek
    Cogiste
    Cogiste
    avatar

    Messages : 180

    Feuille de Personnage
    Age: 20
    Famille/Clan: Cogiste
    Nationalité: Russe-Américaine

    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK] Ven 15 Nov - 8:24

    Après avoir posé l'assiette de Rose devant elle, la jeune fille me retiens un instant. Sa main reste sur la mienne pendant plusieurs secondes. Elle la lâcha soudainement, et cela me fis un drôle d'effet. Préférant pas m'étendre la dessus, je me sers à mon tour. Après m'être assis j'observe un instant la jeune fille. Même si elle semblait calme, une lueur brille au fond de ses yeux. La fierté, voilà ce que j'y lis. Mais elle est fière de quoi? Tout en me mettant à manger, je réfléchis. Plus j'y pense, plus je me dis que Rose est plus complexe qu'elle en a l'air. Bon, tout le monde a ses problèmes mais par instinct je “sens” un désir sombre emplir les lieux. Un sentiment, une chose que beaucoup de personne souhaite toucher, avoir. Certaines réussissent. Mais peu sont comblés.. Parfois ils entachent leur existence à jamais..

    Mais Rose me coupe dans mes réflexions.

    - Tu n'as jamais pensé à être cuisinier ?

    Le sourire qu'elle m'offre et la vitesse à laquelle elle engloutit son repas me fait sourire. Je suspends un bref instant la destination de ma fourchette pour répondre.

    -Non jamais. Et puis même rien dans mon passé m'a donné cette opportunité.

    Si peut être à cause de Horn j'aurai pu. Mais à l'époque je ne pensais pas que ce métier pourrait m'amener de l'argent rapidement. Je crois que c'est ça que je recherchai, avoir des moyens. Par peur d'en manquer, cette peur qui m'est venu de mes années dans un orphelinat miteux. Mais alors qu'on se met à manger en silence, la voix de Rose me sors de mes pensées. Je relève la tête de mon assiette.

    - Joke, je dois y aller. Je sais que je suis brusque et que je ne dois pas te faire bonne impression mais moi aussi j'ai du travail et je ne pense pas que ce soit en restant ici que j'aurais ce que je veux. Est-ce que tu... Aurais un numéro ? D'après les quelques films que j'ai regardé, c'est plutôt toi qui devrait demander, mais j'ai perdu mon dernier téléphone...

    L'assiette de mon amie est vide. Elle a vraiment pas mit longtemps. Je reste un instant à la regarder puis sans un mot je me lève. Sans lui laisser le temps de faire quoi que soit je mets les assiettes sur l'évier. Puis fouillant dans les tiroirs je trouve, après quelques minutes, un bout de papier et un stylos qui marche. Me plaint à deux sur la table de la cuisine, je griffonne mon numéros. Puis finalement, gardant ma main appuyée sur le bois je pousse le papier vers Rose.

    -Tiens. Je te donnerai bien un de mes portables mais là je ne les ai pas...

    Et oui, il faut bien plusieurs portables dans mon métier. On ne sait jamais. Mais là ils sont en Russie. Donc je ne peux que lui donner mon numéros.

    -Mais hésite pas à appeler. Tu... Tu seras une des personnes avec lesquelles je ne regretterai pas de posséder de portable.

    Je me frotte la nuque en me redressant. Car oui, il y a vraiment des jours où j'aimerai jeter mon portable dans les toilettes. Je croise les bras sur mon torse, puis dis dans un sourire en coin.

    -Tu sais si la vie serai comme dans un film, certaines personnes n'auraient pas les problèmes qu'ils ont à l'heure actuelle...

    Je ne pensais pas seulement à moi, mais aussi aux familles qui galèrent pour joindre les deux bouts. Et puis même Rose, même si je ne sais pas ce que a été sa vie. Je devine qu'elle n'a pas eu que des cadeaux.
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK]

    Revenir en haut Aller en bas

    De tout pour faire un monde [PV J.A. VARLEK]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
    Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

    Sujets similaires

    -
    » G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
    » « Tout passe en ce monde, sauf le café dans les mauvais filtres.» .free.
    » Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
    » cherche personne pour faire évoluer mon machopeur
    » [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Porte Des Mondes :: Monde Réel :: Amérique :: Amérique Du Nord-