AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

De la Musique pendant que tu Ecris ?
//
Partagez|

Invisible parmi les visibles, Visible parmi les Invisibles... Ombre s'avance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
L'Ombre Dhracien
Soyez sympa, je suis nouveau !
avatar

Messages : 1

Feuille de Personnage
Age:
Famille/Clan:
Nationalité:

MessageSujet: Invisible parmi les visibles, Visible parmi les Invisibles... Ombre s'avance. Mer 2 Avr - 4:48

L'Ombre Dhracien

   Nom : Keryn
   Prénom :Ombre
   Age: 21 ans
   Famille/Clan :Marchombre
   Nationalité : Inconnue

   
II - Descriptions :

   Description physique : 7 lignes minimum

Le garde observait les passants qui entraient dans la ville, il y avait là des paysans, des marchands, des hommes d'affaires qui se déplaçaient à cheval, il y avait aussi des enfants qui couraient un peu partout. Le regard du garde s'arrêta sur une personne. Celle-ci était de taille moyenne, les cheveux blonds et les yeux d'un bleu glacial, dur et froid. Il paraissait jeune mais son âge n'était pas déterminable. On aurait en effet pu lui donner dix-huit ans tout comme trente ans. La composition de son visage, la finesse des traits démontrait sa jeunesse et pourtant... Il se dégageait un tel calme de celui-ci qu'il semblait avoir des dizaines et des dizaines d'années.
Le garde secoua la tête. Il n'était pas là pour s'interroger sur le visage des gens. Il devait regarder si ceux-ci étaient armés. L'homme portait vêtements d'une matière ressemblant à du cuir noir, mais la manière dont le noir semblait changeait de teintes pouvait en faire douter. L'homme portait un pantalon de la même matière, et avait de courtes bottes souples, noirs elle aussi. A priori il n'avait aucune arme sur lui, en tout cas de manière apparente. Sous les vêtements l'ont remarqué des "bosses" qui pouvaient être des armes.
Le garde s'avança vers lui pour procéder à une fouille et faire un inventaire de ce que l'individu possédait sur lui. Un hennissement retenti et le garde regarda d'où cela venait. Un cheval s'impatientait. Il reporta son regard sur le jeune homme. Celui-ci avait disparu...

   Description de caractère : 7 lignes minimum

Commissariat de Paris.
"-Un jeune homme m'a secouru. Deux voleurs essayaient de me détrousser...
La femme se remit à pleurer.
-Continuer, Madame."
Le commissaire avait deux cadavres sur les bras, et une femme en pleure sans qu'aucune caméra n'ai pu filmer quoique ce soit. Le seul témoignage qu'il avait, c'était celui de cette femme à qui les deux voyous avaient essayé de voler le sac.
"-Il les a vu, et il est venu m'aider. Il était habillé tout de noir, au début j'ai cru qu'il était avec les voyous. Pourtant ensuite il m'a regardé avec un sourire bienveillant. Les voyous ont sorti des couteaux. Je... Me suis évanouie. Juste quelques minutes, mais j'ai vraiment eu très peur... Vous savez, j'ai des enfants et je n'ai que quarante ans, je ne voulais pas mourir...
-Je sais, je sais. C'est très difficile pour vous, je comprends. Racontez moi la suite.
-Il n'y a pas de suite. Je n'ai pas vu ce qu'il s'est passé. Le jeune homme s'est approché de moi, il m'a tapoté les joues et cela m'a fait reprendre mes esprits. Il m'a rendu mon sac, m'a sourit, puis il m'a dit d'appeler la police, et il est parti. Il avait dans sa main un collier avec une pierre lorsqu'il est parti. Les voleurs, eux, gisaient par terre."
Elle se remit à pleurer. Le commissaire soupira et sorti de la pièce."

Gwendalavir, dans une taverne.

"-Hier soir, ils sont encore venus... Les bandits m'ont encore pris toute la caisse. Ils ont détroussé mes clients... Tous sauf un. Ils ont pris la caisse, et lui, il n'a pas bougé, il a continué à boire sa bière tranquillement. Ils ont ensuite détroussé les clients, un par un. Puis ils sont arrivés à lui et lui ont demandé sa bourse et ses bijoux. Il les a regardé, il a sourit. Pas un sourire gentil. Un sourire... à faire frissonner. Un peu comme s'il se moquait d'eux. Le plus proche des brigands à lever la main pour le frapper. L'inconnu a attrapé la main en vol, l'a tordu et a tiré violemment vers le haut. Il y a eu un crac. Les autres sont partis en courant avec leur bulletin. L'inconnu aurait pu laisser le brigand en vie. Il ne l'a pas fait. Sans se départir de son sourire, il l'a frappé d'un coup de pied dans les cottes. L'homme était par terre, il ne pouvait rien faire. Il l'a refrappé. L'homme a supplié. Il pleurait. D'un calme immense, il a répondu un simple "Non". Puis il lui a écrasé la trachée artère de sa botte souple, lui brisant la nuque par la même occasion. Il a alors payé sa bière, et il est parti.
Un malade ce mec. Il aurait pu les faire fuir avant qu'ils me détroussent. Mais non. Il aurait pu laisser le bandit hors d'état de nuire sans le tuer. Mais non. Je comprends pas vous savez..."

   
III - Histoire :
   Histoire : 15 lignes minimum

Réflexion...
Qui es-tu? Qu'es-tu? D'où viens-tu? Tant de question et si peu de réelles réponse. La première réponse à ces questions est pourtant d'une simplicité enfantine. "Je suis moi."
Alors viens à se poser la question du moi. Comment le définir?
Je ne me souviens pas de ma naissance, je ne me souviens pas des bruits de la ville, ou d'un père qui rentrait le soir pour me prendre dans ses bras. Je ne me souviens pas de tout cela. Je ne me souviens pas d'avoir été à l'école, ni même d'avoir appris à lire. Je me souviens seulement d'une forêt, de la pluie, de loups, de chasse amusante, d'hiver froid... Mais tout cela est vague dans ma tête. Ce ne sont que des odeurs, des sons, des sensations...
Le moment le plus marquant et dont je rêve encore s'est passé il y a une dizaine d'années à peu près. C'était la nuit, et l'on chassait. L'on chasse rarement près du grand lac, mais ce soir là, on avait du cerf au dîner. On? Mes frères loups, ceux qui vivaient dans la forêt. Je les aidais et ils m'aidaient car dans cette forêt les alliances sont nombreuses. Il ne faut pas croire que les animaux sont stupides. Au contraire. Ils savent la politique mieux que les hommes. La forêt où je vivais n'étais qu'alliance politique. S'unir pour mieux tuer, ou survivre. Qui attaquer, qui tuer, qui blesser, qui éviter. On évitait le lac, je ne sais pourquoi. Enfin, je ne savais.
Les cerfs sont rarement en groupe quand on les attaque, parce qu'avec leurs bois, ils peuvent être dangereux. Ce soir là, ils étaient cinq cerfs et nous étions sept loups. J'ai sauté sur le cerf le plus proche et je l'ai agrippé par les bois pendant que les autres loups maintenaient les autres en respect. C'est alors que le cerf sur lequel j'étais s'est jeté dans le lac...

Il faisait froid, sombre, l'eau était partout autour de moi et commençait à s'infiltrer dans ma bouche, dans mes narines et dans mes poumons... Je ne savais pas nager. J'étais toujours agrippé au cerf, qui m'entraînait avec lui dans le fond... Le noir absolu... J'ai coulé et j'ai perdu connaissance.

Vous savez parfois vous dormez, et vous entendez une voix qui vous appelle. Une voix qui vous réveille, mi proche, mi loin...
Je me souviendrais toujours de ce moment...
Debout. Lève toi. Réveille toi. Debout petit con..
Je me réveilla. J'étais allongé nu sur le bord d'une route de campagne. Pour la première fois j'ai compris le sens du mot "pudeur". Pour la première fois aussi, j'avais en face de moi quelqu'un qui me ressemblait. Elle était habillée de cuir et me regardait de ses yeux verts, un sourire amusé aux lèvres. Elle me faisait penser aux loups d'une certaine manière.
S'échappa alors de ma bouche un...
-Oui?
-Je n'avais encore rien dit. Mais la question qui me semble évidente maintenant, est de te demander:Qui es-tu?
-Je ne sais pas. Moi je suppose.
-Non, je ne crois pas. Tu n'es pas toi. Pas encore. Veux-tu être toi?
-Oui.

Les mots étaient sorti de ma bouche sans même que je le veuille. Les mots. Quels mots? D'où connaissais-je ce langage? Des connaissances étonnantes étaient là, sous ma main, sans que je sache d'où elle venait, et de comment m'en servir. Pourquoi voulais-je me vêtir? L'innocence s'en fut allée au moment où dans le monde des hommes je rentrais. Alors que des milliards de questions arrivèrent en même temps, et que la folie me gagnait de seconde en seconde, un rire tonitruant retenti... Dans ma tête.
Et je m'évanouis...


   Autre : [hrp] Bonjour à tous! Cela est un plaisir de venir écrire ici en ces lieux et de jouer Ombre parmi vous. J'espère que le personnage vous plaira... Ou peut-être pas. Je compte vous le faire découvrir petit à petit, et vous verrez qu'au final, il est assez... Amusant?
En tout cas, je suis content de faire votre connaissance et espère que ce premier post vous plaira.
Au plaisir! [/hrp].

   HJ: Ou avez-vous connu le forum? [hrp] GGIYF! [hrp].


Dernière édition par L'Ombre Dhracien le Mer 9 Avr - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orion Naar
Envoleur
Envoleur
avatar

Messages : 1361

Feuille de Personnage
Age: 24 ans
Famille/Clan: Envoleur
Nationalité: Alavirien

MessageSujet: Re: Invisible parmi les visibles, Visible parmi les Invisibles... Ombre s'avance. Mer 2 Avr - 5:21


   Votre présentation a bien était prise en compte.
   

Bonjour et bienvenue !

J'ai besoin que tu rajoute une chose dans ton histoire : c'est un superbe personnage j'aime beaucoup mais pour que tout soit bien cohérent je voudrais que tu y mette comment tu as atterris dans le monde Réel Wink

A très bientot !
Orion.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://portedesmondes.1fr1.net

Invisible parmi les visibles, Visible parmi les Invisibles... Ombre s'avance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti parmi les 22 pays les plus menaces par la securite alimentaire
» Haiti, 4éme parmi les 10 plus dangereuses destinations du monde
» Vivre parmi les fantômes... [Sleep =) ]
» Une brebis parmi les loups [PV Khâl]
» Les roses poussent parmi les épines. — Proverbe Latin. [Braise Valentine/Joy Yoon]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte Des Mondes :: Bureau :: Présentations :: Fiche en attente de relance-